Volta Trucks dévoile le véhicule urbain Volta Zero

Publié le par

Le périmètre des VU et des camions urbains à faibles émissions polluantes suscite bien des convoitises. Volta Trucks, nouvel entrant suédois, vient de présenter un camion de 16 tonnes 100 % électrique tout en promettant des innovations dans la gestion de flotte.

Au premier semestre 2021, le Volta Trucks entrera en phase de tests pilotes dans une dizaine de villes européennes, dont Paris. (© Volta)
Au premier semestre 2021, le Volta Trucks entrera en phase de tests pilotes dans une dizaine de villes européennes, dont Paris. (© Volta)

Le vert est mis et pour les dirigeants de Volta Trucks, nouvel entrant sur le marché des transports urbains. Il prend la forme du 100 % électrique. « Pour Volta Trucks, l’électrification marque la fin d’une ère. La fin des moteurs thermiques à combustion interne. La fin du CO2 rejeté dans notre atmosphère et la fin des émissions polluantes qui nuisent à notre santé et à celle des générations futures » lance Carl-Magnus Norden, fondateur du constructeur. Et joignant le geste à la parole, il a dévoilé le 3 septembre 2020 le Volta Zero, un camion conçu pour le fret et la livraison en zones urbaines.

Le traitement stylistique de la cabine est adapté eux enjeux de sécurité en ville
À rebours du « toujours plus », le véhicule fait valoir une autonomie limitée, entre 150 et 200 kilomètres, et une vitesse maximum de 90 km/h. Sa charge utile est de 8,6 t pour 37,7 m3 de volume utile. Le Volta Zero se caractérise aussi par son design extérieur, tout en aplats selon la mode actuelle pour ce type de véhicule. Mais l’essentiel est ailleurs, dans le traitement stylistique de la cabine. Celle-ci reprend l’architecture des postes de conduite des bus, avec une position basse pour le conducteur notamment, et sa vaste surface vitrée assure une grande visibilité. Des choix mis au service de la sécurité dans les espaces urbains, dixit Rob Fowler, président-directeur général du groupe.

TaaS pour « Truck as a service »

« Nos ingénieurs ont travaillé avec des équipementiers et des partenaires de premier ordre mondial pour proposer le meilleur produit possible aux gestionnaires de flotte, qui sont focalisés sur l’électrification de leurs parcs » assure Kjell Walöen, directeur des technologies chez Volta Trucks. Cette démarche se retrouve au niveau des services, et Volta Trucks met en exergue le TaaS (« Truck as a Services »), sur le modèle des MaaS, SaaS, etc. Pour l’heure, le principe manque de précision pour pouvoir convaincre. Il s’agira vraisemblablement d’un package de services très complet, mais somme toute classique. Les dirigeants du groupe n’ont pas donné plus de détails sur le contrat en tant que tel (montant des mensualités, TCO…), même si Rob Fowler assure que l’offre sera aussi compétitive que ce qui existe aujourd’hui en diesel.

JPEG - 230.6 ko
© Volta

Une concurrence exacerbée

Au premier semestre 2021, le Volta Trucks entrera en phase de tests pilotes dans une dizaine de villes européennes, dont Paris. Les premiers camions seront assemblés au Royaume-Uni. Le business plan prévoit un début de production en petite série en 2022 (500 unités), avant une montée en cadence pour 2025 (5 000 unités). En attendant le résultat des premières expérimentations, on peut noter que ce marché, et pas uniquement pour des applications urbaines, attire de nombreux nouveaux acteurs. Outre Tesla, dont l’omniprésence médiatique fait parfois oublier les autres, on peut citer Nikola, Thor ou encore Bollinger-e (concept très proche de celui de Volta). En gardant à l’esprit que les constructeurs traditionnels de VU et de VI ne peignent pas la girafe (Renault, Volkswagen, Daimler, Hino, Mitsubishi-Fuso, Iveco, etc., sans oublier les constructeurs chinois).

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, Transport routier, Electromobilité, Camion

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter