Voitures automatiques/manuelles : qui gagne le match ?

Publié le par

Selon les chiffres de la Plateforme automobile (PFA), les ventes de voitures dotées de boîtes automatiques dépassent désormais celles des boîtes manuelles en France. Un engouement qui devrait prendre de l’ampleur au fil des années.

La boîte automatique se généralise sur toutes les gammes, des premium (où elle est apparue à l’origine) jusqu’aux segments inférieurs. © zuzanajobbova0/Pixabay
La boîte automatique se généralise sur toutes les gammes, des premium (où elle est apparue à l’origine) jusqu’aux segments inférieurs. © zuzanajobbova0/Pixabay

Le ratio s’inverse et c’est inédit en France. Après des décennies de suprématie, la boîte manuelle de nos véhicules se voit détrônée par sa consœur automatique, comme le révèle l’organisme PFA. Depuis le début de l’année, il s’est ainsi immatriculé plus de voitures sans pédale d’embrayage qu’avec, les premières représentant 54 % du marché des véhicules neufs contre 46 % pour les secondes. En comparaison, ce type de transmission automatique n’avait convaincu que 25 % des acheteurs en 2016 et seulement 8 % en 2004.

Il faut dire que, dans les embouteillages notamment, opter pour une boîte automatique s’avère beaucoup plus confortable pour la personne au volant. De même, la boîte auto assure un gain économique et écologique puisque, en jouant moins de l’embrayage à chaque changement de vitesse, le mécanisme n’est pas autant sollicité et demande donc moins de réparation. Sans oublier que cette technologie se voit capable de changer le rapport au moment le plus opportun, bien mieux que ne saurait le faire le conducteur humain, permettant alors d’atteindre des consommations de carburant plus faibles.

85 % de boîtes automatiques sur les VN en 2030

Autre point fondamental œuvrant pour une large adoption de la boîte automatique par rapport à la boîte mécanique : l’avènement des voitures électriques et hybrides. La quasi-totalité de ces modèles « branchés » en sont en effet équipés pour des questions techniques et les constructeurs tendent à abandonner la fabrication de moutures manuelles en vue de réduire les coûts de développement et de production. Qui plus est, cette absence de variante mécanique permet de diriger le client vers une version plus onéreuse – la boîte auto ajoute toujours un ou deux milliers d’euros supplémentaires à la facture finale – tout en offrant à ce dernier un malus diminué.

Compte tenu de ces paramètres et de la généralisation de la boîte automatique sur toutes les gammes, des premium (où elle est apparue à l’origine) jusqu’aux segments inférieurs, son taux devrait donc passer de 54 à 85 % des ventes de voitures neuves d’ici à 2030, prédit la PFA.

Mots clefs associés à cet article : Boite manuelle, Boite automatique, Nouvelles technologies, Vitesse

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter