[Vidéo] eVito de MBV : une bonne surprise pour le TCO

Publié le par

L’eVito, disponible en deux longueurs - 5 140 millimètres (volume utile : 6 m3, charge utile : 1073 kg) et 5 370 millimètres (6,6 m3, 1048 kg) - séduit en réalisant un excellent rapport PTAC/volume utile/charge utile. Il souffre cependant d’un petit handicap : il est 5 centimètres plus haut que la version thermique, et dans certains parkings limités à 1,90 m cela ne passe pas ! On pourra le garer (le plus souvent gratuitement) dans la rue.

Cette video n'est plus disponible

Connecté, l’eVito reçoit toutes les aides électroniques qui assurent une sécurité optimale et toutes celles qui facilitent les manœuvres en ville. Pourtant, pour tirer le meilleur profit du véhicule, il faut réaliser un équilibre presque parfait entre vitesse et autonomie. Il s’agit donc, de trouver la bonne combinaison entre les trois programmes de conduite (Confort, Eco, Eco+) et les quatre modes de récupération, qui vont de D– pour retrouver un maximum d’énergie dans les phases de décélération (on peut gagner jusqu’à 10 kilomètres d’autonomie) à D++ (la batterie ne se recharge qu’au freinage). Cela demande un certain apprentissage.

Même s’il existe des aides de l’État, pour une entreprise acheter ou louer un eVito reste un choix stratégique d’autant que le TCO demeure difficile à déterminer avec précision à cause du flou qui existe sur les valeurs résiduelles à quatre ans. Or la surprise est plutôt bonne car ce dernier s’avère concurrentiel face à celui d’un Vito diesel de même puissance. La différence se fait sur les consommations – un plein d’électricité ne coûte que 3 à 5 euros – et sur la maintenance. On se méfiera cependant du budget pneumatiques car les véhicules électriques sont de grands consommateurs de gomme.

Pour convaincre ses prospects, l’eVito bénéficie d’une garantie constructeur de 5 ans (ou 100 000 km) et d’un contrat de maintenance de 4 ans. Quant à la batterie, elle est couverte par une garantie de 8 ans (ou 100 000 km), ce qui signifie que sur la période (ou pour le kilométrage) de référence, elle doit avoir gardé au moins 70 % de sa capacité initiale. Des atouts pour le fourgon compact à l’étoile, qui vit désormais sa vie sur les routes françaises.

Il sera rejoint dans quelques mois par l’eSprinter. Ce grand frère trouvera sur son chemin un concurrent sérieux, le MAN e-TGE, qui aura ainsi pris une longueur d’avance.

Retrouvez notre essai complet dans le prochain numéro de L’Automobile & L’Entreprise>

Mots clefs associés à cet article : Véhicule utilitaire léger (VUL), Véhicule électrique, Mercedes-Benz Vans

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2019

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2019, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2019
COMMANDER