[Vidéo] Mitsubishi Outlander, prime à la douceur

Publié le par

Fidèle à lui-même, l’Outlander 2019 ne tend pas vers une révolution mais se contente d’évoluer subtilement, par petites touches. Dommage qu’il ne progresse pas sur tous les fronts…

On a bien changé d’époque. Il y a encore quelques années, le best-seller de Mitsubishi était le Pajero, un authentique 4 x 4 qui s’est illustré maintes fois au Paris-Dakar. Mais à l’heure de fêter son centenaire, Mitsubishi voit son illustre tout-terrain condamné, par les dernières normes environnementales, à quitter le sol européen. La marque aux trois diamants peut néanmoins se consoler en s’appuyant sur le grand SUV Outlander (4,69 m).

Si ce dernier propose des variantes classiques, avec un moteur Diesel (et jusqu’à 7 places !), il se dédouble aussi en version hybride rechargeable PHEV, dans l’air du temps. Un air qui se veut plus pur grâce à l’intégration de deux moteurs électriques (un par essieu), qui promettent jusqu’à 54 kilomètres d’autonomie. Dans la réalité, on approche plus les 50 kilomètres en faisant de l’éco-conduite, la promesse est donc tenue !

Du bon et du moins bon

On peut bien sûr préserver la batterie lithium-ion logée sous le plancher du coffre (mode SAVE), dans la perspective de devoir rouler en centre urbain. Et lorsque celles-ci sont vides (temps de charge de 4 heures sur borne rapide), le 2.4 l thermique vient à la rescousse, dans la limite de 450 kilomètres environ, ce qui éloigne d’autant le spectre de la panne sèche. Évidemment, si on privilégie l’électrique au quotidien, en branchant tous les jours la voiture, la consommation annoncée reste ridicule (1,8 l/100 km – 40 g/km de CO2). Mais ce chiffre vole en éclats lorsqu’on fait de la route et que les batteries sont épuisées (conso mixte de 8,6 l/100 km durant notre essai).

Comme son prédécesseur, l’Outlander PHEV a toujours les défauts de ses qualités, si bien qu’il demeure toujours sans intérêt pour les gros rouleurs. De même, s’il est « à la page » au niveau des dernières technologies (détection piéton, alerte d’angle mort, caméra 360°, régulateur adaptatif…), il n’intègre toujours pas de GPS, le recours à un smartphone compatible avec Android Auto ou Apple CarPlay restant alors obligatoire pour s’orienter. Une lacune incompréhensible sur un SUV de cette catégorie !

Retrouvez notre essai complet dans le n° 239 de L’Automobile & L’Entreprise.

Mots clefs associés à cet article : Mitsubishi, SUV, Véhicule hybride rechargeable

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2018

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2018, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2018
COMMANDER