[Vidéo] Mercedes-Benz C 220d SW : retour aux affaires

Publié le par

Pour son restylage, la Classe C accueille une nouvelle gamme de moteurs et peaufine son positionnement auprès des entreprises.

[Vidéo] Mercedes-Benz C 220d SW : retour aux affaires

On ne présente plus la Classe C. La familiale de Mercedes est le modèle le plus vendu de la marque à travers le monde avec près de 415 000 immatriculations en 2017. Commercialisée depuis 2014, la génération actuelle reçoit cet été son restylage de mi-carrière.

Un lifting de prime abord timide puisqu’il ne concerne à l’extérieur que le dessin des optiques à LED et celui des pare-chocs avant et arrière. À l’intérieur, Mercedes n’a pas pris plus de risques à changer une recette qui gagne, et les modifications ne portent que sur l’écran multimédia, plus grand, et le dessin du volant, qui intègre de nouveaux boutons. La Classe C reste néanmoins à jour technologiquement et stylistiquement, ce qui lui permet de ne pas craindre la comparaison avec ses deux principales rivales : les Audi A4 et BMW Série 3.

Les changements sont en revanche plus nombreux au niveau de l’organisation de la gamme, simplifiée, et des motorisations. Les entreprises ne trouveront plus qu’une finition Business Line repositionnée qui offre jusqu’à 4 450 euros d’avantage client et qui peut être complétée par deux pack pour ceux qui souhaitent accéder notamment aux projecteurs les plus puissants, à l’instrumentation digitale ou au GPS Command Online haut de gamme.

Un nouveau bloc optimisé

Côté motorisations, la Classe C restylée n’accueille que des blocs retravaillés. C’est le cas du 4 cylindres diesel de notre 220d d’essai. Optimisé via des innovations comme la combustion à bol étagé ou le traitement Nanoslide pour réduire la friction, et conforme à la norme Euro 6d-Temp, il fait gagner 24 chevaux à la 220d qui en affiche désormais 194. Sur route, difficile de prendre en défaut le comportement de la Classe C, bien équilibré entre confort et précision, même si la rigueur de la direction peut surprendre dans un premier temps. La motorisation 220d apporte un compromis pertinent entre puissance et consommation mais perdra probablement de son attrait à la rentrée avec l’arrivée du 200d de 160 chevaux.

Retrouvez cet essai complet dans le magazine L’Automobile & L’Entreprise n°237 de juillet.

Mots clefs associés à cet article : Mercedes-Benz, Berline, Break

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2018

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2018, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2018
COMMANDER