[Vidéo] FMMC : Comment optimiser le poste budgétaire « maintenance & réparation » ?

Publié le par

Toujours en format digital, cette nouvelle rencontre du Fleet & Mobility Managers Club a permis d’évoquer les grands enjeux de l’entretien d’une flotte, avec le cas particulier d’un loueur de courte durée, Sixt, représenté par Marc Aubrée, et la vision panoramique de Gipa, spécialiste des études après-vente dirigé par Éric Devos. L’occasion de nuancer certaines promesses des véhicules électriques. Verbatim.

[Vidéo] FMMC : Comment optimiser le poste budgétaire « maintenance & réparation » ?

Les ravages de la crise

« Nous avons effectivement vécu une année 2020 assez terrible, avec une contraction de notre chiffre d’affaires de plus de 30 %, alors que Sixt enregistrait une croissance à deux chiffres chaque année depuis 2009. Mais nous constatons que l’activité reprend dès que les restrictions sont levées. Nous avions aperçu ce phénomène l’été dernier et vu les projections actuelles, nous pensons pouvoir réaliser cet été un volume d’affaires proche à celui de l’été 2019. Principalement avec une clientèle européenne, car pour les voyages de longue distance, un retour à la normale n’est pas envisagé. Sur les déplacements d’affaires, nous savons que les choses vont mettre plus de temps à repartir et nous sommes aussi convaincus que les usages vont évoluer. Bref, nous sommes raisonnablement optimistes, même si nous sommes actuellement perturbés par la crise des semi-conducteurs qui parasite les disponibilités et les flux de livraisons des constructeurs », expose Marc Aubrée.

L’importance des Repair Centers Sixt

« Sixt représente 200 agences, dans les aéroports, les gares et en centres-villes. Nous sommes positionnés dans le périmètre du premium, mais avec une offre très large de vingt-cinq marques. Notre activité VU est aussi en développement et constitue un axe prioritaire pour les années à venir. Au niveau de la réparation, nous travaillons avec cinq Repair Centers, que l’on peut qualifier de centres de compétences : nous ne réparons pas, mais nous décidons ce que nous réparons ou non. Par rapport aux grandes flottes traditionnelles, nous avons un système de réparation un peu atypique, car nous avons sélectionné un réseau de carrosserie et des réseaux de fast-fitters. La réparation carrosserie est la plus importante pour nous et nous avons choisi de commander nous-mêmes les pièces que nous distribuons à nos partenaires carrossiers. Pour les pneumatiques et le vitrage, nous avons régulièrement recours aux services mobiles. Une quinzaine de personnes travaillent à temps plein dans les Repair Centers, en lien avec une équipe au siège pour la facturation centralisée, les vérifications, etc. On remplace nos VP tous les sept mois en moyenne, moins de vingt mois pour les VU. Ce sont des durées courtes », détaille aussi Marc Aubrée.

Le principe du « buy and fit »

« Le rapport à l’assurance de Sixt est une spécificité. La profondeur de la flotte aussi, vingt-cinq marques, c’est considérable. En outre, les durées de détention sont brèves.
Vous êtes en avance dans la pratique “buy and fit”, qu’on connaît au niveau des particuliers et qui est plus répandue dans d’autres pays qu’en France. Tout en continuant à acheter les pièces auprès de vos partenaires constructeurs. On peut donc parler d’une double spécificité. Parmi les invariants du secteur, il faut que la flotte soit toujours opérationnelle, avec une pression considérable sur l’optimisation budgétaire, de l’acquisition à la maintenance. Par ailleurs, la flotte représente l’entreprise et l’image de marque est donc en jeu, au même titre que la satisfaction, et par extension, la fidélisation des collaborateurs »
, met en exergue Éric Devos.

Notion de confiance

« Les constructeurs sont très vigilants sur le retour des véhicules. Les procédures VE sont suivies de manière pointilleuse. Par ailleurs, nos VU sont très exposés et il faut donc être vigilants pour garantir leur qualité et leur valeur. La disponibilité des véhicules est essentielle, mais il faut trouver le bon ratio entre les délais et les coûts », pointe Marc Aubrée. « La maille locale est très importante. Tout n’est pas réductible aux accords avec des réseaux. La relation humaine avec le réparateur compte encore, car elle conditionne un travail en confiance », déclarent de concert Éric Devos et Marc Aubrée.

L’équation complexe du verdissement

« La part des véhicules électriques et hybrides a fortement augmenté ces dernières années, au détriment du diesel. La loi LOM ne nous laisse pas le choix, mais cela représente un coût important, car au-delà des véhicules, il y a aussi des infrastructures. On peut attendre des leviers d’économies grâce aux véhicules électrifiés. En Corse, avec un de nos partenaires, nous avons fait la mesure des économies sur l’entretien depuis trois ans et c’est significatif. Toutefois, l’économie sur l’entretien ne compense pas le surcoût actuel des VE à l’achat. Ne négligeons pas non plus le coût de la charge, surtout en itinérance.
Le PHEV est une solution de transition, qui a aussi aujourd’hui un intérêt fiscal pour nous. Du point de vue de la consommation et des coûts d’entretien, ce n’est pas la panacée. Mais il faut garder à l’esprit que le 100 % électrique n’est pas entré dans les usages en itinérance. La demande n’existe pas. Le manque d’infrastructures de charge pose aussi problème, y compris dans les aéroports »
, explique Marc Aubrée.

« Attention aux ZFE et à l’accès aux grandes villes. Selon nos mesures, Crit’Air 3, 4 et 5, 44 % du parc n’a plus accès à Paris et la zone dite A86. Pourtant, quand on regarde aussi les sondages, on mesure que les gens sont favorables aux mesures écologiques, alors même que le pouvoir d’achat n’est pas au beau fixe », interroge Éric Devos.

La maintenance prédictive n’est pas encore à maturité

« Tout le monde travaille actuellement sur la maintenance prédictive, chez les constructeurs comme dans la rechange indépendante. C’est un challenge pour demain, mais le compte n’y est pas encore, même si les perspectives sont engageantes », déclare Éric Devos.

Replay et prochain rendez-vous

Pour visionner l’intégralité des échanges du Club en replay : cliquez sur ce lien

Le prochain rendez-vous du FMMC est fixé au jeudi 8 juillet prochain à Paris, à partir de 18 h 30 autour du thème : « La télématique : comment peut-elle vous aider à mieux gérer et exploiter votre parc ? » . Les inscriptions sont ouvertes ici.

Mots clefs associés à cet article : Sixt, Véhicule électrique, Entretien, Marché Flottes, Club, Réparation mécanique-carrosserie, Fleet & Mobility Managers Club

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter