[Vidéo] Essai Renault Zoe : éclectique électrique

Publié le par

Au premier coup d’œil, rien ne semble avoir changé. Et pourtant tout change. La troisième génération de la Renault Zoe se distingue par des lignes plus affirmées, un nouveau moteur de 100 kW (135 ch) et une batterie de 52 kWh qui lui permet de gagner en autonomie pour parcourir jusqu’à 395 kilomètres (WLTP).

En option (1 000 euros), la Zoe peut être équipée d’un chargeur rapide de 50 kW (DC). L’optimisation de la direction, du châssis et du système de freinage, qui intègre désormais une fonction de « freinage récupératif », confère à la voiture un comportement dynamique et une sécurité de plus haut niveau (encore).

On apprécie également que la nouvelle Zoe ait vu son habitacle revu de fond en comble. Elle adopte la planche de bord de la Clio V : c’est tout dire de son ergonomie et de cette belle modernité signée par son écran tactile central qui accueille Easy Link, le système multimédia connecté de la marque au losange. Plus globalement, les équipements high-tech (dont un grand nombre d’adas) concourent à la facilité de conduite au quotidien tout autant qu’à la vie à bord.

Hélas, la finition Business, facturée 26 400 euros (hors bonus et location de batterie), n’est pour l’instant prévue qu’avec le « petit » moteur de 80 kW (110 ch). Il faut par conséquent choisir la finition haut de gamme Edition One. Son prix, 31 500 euros (hors bonus et location de batterie), ne doit pas rebuter les gestionnaires de flotte soucieux de faire plaisir aux utilisateurs avec une Zoe R135 vraiment « statutaire ».

Retrouvez l’intégralité de notre essai dans le numéro 250 de L’Automobile & L’Entreprise.

Mots clefs associés à cet article : Renault, Véhicule électrique

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter