[Vidéo] Essai - Nissan Qashqai : retour électrisant

Publié le par

Avec une troisième génération plutôt réussie, le Nissan Qashqai tente de retrouver les sommets du segment C-SUV.

Peu de véhicules peuvent se targuer d’avoir bouleversé le marché automobile européen en créant son propre segment. Pourtant, le Qashqai a perdu de son éclat depuis sa première mise à la route en 2007. Subissant des immatriculations en baisse depuis plusieurs mois maintenant, il est aujourd’hui largement dépassé par des modèles plus « jeunes » comme le Peugeot 3008 sorti en 2016 et désormais numéro un du segment C-SUV. La carrière commerciale du japonais n’en reste pas moins glorieuse : plus de 5 millions de ventes dans le monde, dont 3 millions en Europe et plus de 330 000 en France.

Alors pour tenter de retrouver son niveau d’antan, Nissan a décidé de tout revoir. Le modèle profite d’ailleurs de la nouvelle plateforme CMP-C de l’Alliance, « une architecture entièrement nouvelle, garantissant aux clients des prestations extrêmement élevées ». Il conserve des dimensions compactes avec 4,43 mètres de long tout en proposant une belle habitabilité, même aux places arrière. Vos « collaborateurs-parents » apprécieront l’ouverture des portes arrière à 90° pour facilement y installer les plus petits. Le coffre gagne de son côté en volume (+74 litres) pour une contenance qui plafonne à 504 litres. En revanche, ce nouveau Qashqai ne dispose pas de banquette coulissante, mais le plancher devient plat lorsque la banquette arrière est rabattue.

Au top niveau techno !

Au-delà de son design et son confort intérieur appréciable, c’est un autre aspect de ce Qashqai que nous retiendrons. Le véhicule est en effet bardé de technologies. L’éventail des services connectés est large : télématique NissanConnect, intégration simple des smartphones, Wi-Fi à bord (sur abonnement) ou encore une application pour surveiller et interagir avec le SUV. Le système de navigation (en option sur la finition Business) est plutôt bon avec des fonctionnalités intéressantes comme Google Street View. Le nouvel affichage tête haute de 10,8 pouces (une des plus grandes tailles sur le segment) projette la navigation, les aides à la conduite et les informations routières dans le champ de vision du conducteur. Encore plus bluffant, la nouvelle génération de conduite assistée ProPilot apporte son aide dans un plus large éventail de circonstances. En utilisant les données de la navigation, ce dernier tient désormais compte des courbes de la route et, sur voie rapide et sur une seule file, il gère alors la direction, la vitesse et la distance à la perfection.

Adieu Diesel, bonjour micro-hybridation

Avec ce retour, le Qashqai dit « adieu » au Diesel. De fait, le C-SUV propose une gamme réduite avec seulement deux motorisations essence – 140 et 158 chevaux - bénéficiant d’une micro-hybridation. Un système Mild Hybrid de 12 V qui lui permet de bénéficier des avantages connus des motorisations électriques, c’est-à-dire de plus de couple, d’une coupure du moteur prolongée à l’arrêt et d’un redémarrage rapide. Les bénéfices restent toutefois légers et pour aller plus loin, il s’agira d’opter pour une version à transmission automatique, couplée à un système de coupure moteur en roue libre qui, selon Nissan, permet une économie de carburant et une réduction des émissions de CO2 de 4 g/km. Cela n’empêche pas le japonais d’être frappé du malus écologique (entre 240 et 1 901 euros selon les versions) mais, lors d’un freinage en roue libre, à une vitesse inférieure à 18 km/h, le moteur thermique se coupe et l’énergie stockée est utilisée pour alimenter l’équipement électrique du véhicule. Pour le reste, pas de grande surprise : trois modes de conduite - Standard, Sport et Eco – et un mode B, pour « Brake » augmente la récupération d’énergie au freinage, pour adapter une conduite en mode « e-pedal ». Globalement, cette nouvelle mouture est plus dynamique, tout en étant plus confortable. En matière de consommations, sur une utilisation quotidienne en ville, nous avons relevé une moyenne de 8,4 l/100 kilomètres, descendant à 5,9 l/100 kilomètres lors des longs trajets.

Avec un prix d’entrée à 31 790 euros en finition Business Edition, le Qashqai 2021 adopte un positionnement tarifaire intéressant. Il offre une dotation très complète, comprenant les principales aides à la conduite, la caméra de recul, le Siège conducteur avec réglage lombaire électrique, l’Apple Car Play sans fil, les services télématiques NissanConnect avec accès à distance depuis le téléphone ou encore le chargeur à induction. La liste des options est par ailleurs relativement réduite puisqu’elle se limite au pack Navigation (900 euros), afin de bénéficier du GPS sur écran tactile 9 pouces, et au pack Techno (1 600 euros), pour intégrer la technologie de conduite autonome ProPilot.

Retrouvez notre essai complet dans le numéro 268 - août / septembre 2021 - de L’Automobile & L’Entreprise.

Mots clefs associés à cet article : Nissan, SUV, Micro-hybridation , Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter