[Vidéo] Essai - Mitsubishi L200 : benne à tout faire

Publié le par

Mitsubishi vient de lancer la sixième génération de son pick-up L200, appelé Triton sur d’autres marchés. Que vaut ce nouveau venu ? Éléments de réponse sur les sentiers du Mercantour.

Les pick-up n’ont plus bonne presse. Ces véhicules sont jugés encombrants, gourmands en carburant et polluants. Qu’importe pour Mitsubishi. La France étant le deuxième marché en Europe pour son pick-up L200, le constructeur japonais y introduit la sixième génération de son pick-up. Par rapport à la précédente version, dont la carrière aura été de courte durée (2015-2019), le nouveau venu soigne son look. La face avant, très travaillée, mêle éléments chromés et arêtes vives. Plus horizontale, elle rend ce véhicule plus massif mais lui confère solidité et robustesse. À l’arrière, une signature lumineuse à LED fait son apparition. L’intérieur, lui, n’évolue qu’à la marge.

Cruelles normes anti-pollution

Sous le capot, Mitsubishi a totalement revu sa proposition. Exit le bloc diesel 2.4 l décliné en 153 et 181 chevaux, sacrifié au nom des normes anti-pollution. Place à un 2.2 l de 150 chevaux délivrant 400 Nm de couple dès 1 750 tr/min. Dépollué via un système SCR et l’adjonction d’AdBlue, il voit ses rejets de CO2 tomber sous la barre des 200 g/km. Sur le papier, ce moteur semble suffisant pour animer le L200. Sur route, la mécanique est vite étouffée, et un cruel manque de puissance se fait sentir. On peine à déplacer en toute sérénité les deux tonnes du véhicule (dont la charge utile peut monter à plus de 1 000 kg). Il faut alors jouer du levier de vitesses pour relancer sans cesse l’engin, ce qui fait s’envoler la consommation.

À noter que les versions Club Cab sont hélas privées de la boîte auto à six rapports. Le L200 est toutefois plus à son aise dans les chemins rocailleux ou boueux que sur le bitume. Une situation rendue possible grâce à son châssis en échelle, aux suspensions à lames et à sa transmission intégrale adaptative.

Véhicule utilitaire par excellence, le Mitsubishi L200 ne fait pas payer trop cher ses prestations. Les pick-up 5 places étant désormais soumis au malus écologique et à la TVS, l’addition flambera d’environ 15 000 euros par rapport au prix catalogue... sauf si les professionnels optent pour les versions Club Cab proposant deux places à l’avant et deux places à l’arrière...

Mots clefs associés à cet article : Mitsubishi, Pick-up

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter