[Vidéo] Essai - Mercedes Classe B : le monospace discret et branché

Publié le par

À l’heure où nombre de constructeurs ne jurent que par les SUV, Mercedes croit plus que jamais au succès du Classe B. Son monospace pour jeunes cadres dynamiques et technophiles.

Le Mercedes Classe B est intimement lié à la Classe A, puisqu’il en est la déclinaison monospace depuis 2005. Époque où les SUV n’existaient pas vraiment (exception faite dans la gamme Mercedes des ML et Classe G). En allongeant et rehaussant la berline compacte Classe A, Mercedes semble avoir joué la bonne carte au bon moment. Plus d’1,5 million d’exemplaires du Classe B de première et deuxième génération ont déjà été écoulés dans le monde.

Depuis fin 2018, Mercedes commercialise la troisième génération de son monospace compact, preuve que "ce type de carrosserie n’est pas mort" , affirme la marque à l’étoile. Par rapport à la précédente génération, les cotes extérieures et intérieures n’évoluent peu. Pourtant, le nouveau Classe B est une véritable révolution dans le paysage des monospaces compacts. S’il n’est pas le modèle le plus habitable -son coffre de 455 litres ne parvient pas à compenser une modularité basique- c’est clairement le véhicule le plus technologique du segment.

"Hey, Mercedes !"

Ce modèle embarque comme combiné d’instrumentation et d’infotainment le double écran horizontal apparu fin 2017 sur sa petite sœur Classe A. Et tout (ou presque) passe par cette gigantesque tablette tactile de plus de 10 pouces. Exception faite des commandes de climatisation qui, elles, restent physiques. Le tout est bien entendu paramétrable et personnalisable aux souhaits du conducteur. Qu’il s’agisse de la couleur du fond d’écran, des graphismes des compteurs ou encore de l’affichage de la navigation.

Mieux, cette Mercedes est dotée d’une intelligence artificielle. Ce qui lui permet de réagir à des ordres donnés oralement, comme l’on peut le faire quotidiennement avec son smartphone. Il suffit pour cela de prononcer la phrase magique : "Hey, Mercedes !" puis de préciser ce que l’on souhaite. "Hey, Mercedes ! Où est la station-service la plus proche ?" par exemple. En quelques secondes, au mieux, le véhicule donne la réponse. Un système plutôt pratique en roulant.

Toujours au chapitre technologie, le Mercedes Classe B fait le plein d’aides à la conduite avec, entre autres, les assistants de franchissement de ligne, de direction pour les manœuvres d’évitement, de changement de voie, etc... Particulièrement réactifs, ils peuvent cependant, dans certaines situations, se montrer trop intrusifs.

Du thermique en attendant une version électrifiée

Sur la route, notre Classe B 200, développant 163 chevaux, s’est montré particulièrement agréable quel que soit le mode de conduite choisi : normal, éco ou sport. Discret à bas régime et à vitesse stabilisé, il émet une sonorité plutôt agréable lorsqu’on le pousse dans les tours. Il conviendra parfaitement pour effectuer de longs trajets.

Les professionnels préfèreront se tourner vers des blocs diesel. Dans ce cas-là, la version 180d est toute indiquée. Ce quatre-cylindres de 116 chevaux s’avérant suffisant pour les trajets du quotidien, peu gourmand (4,4 l/100 km selon Mercedes) et exempté de malus écologique... en attendant l’arrivée de technologies hybrides dans la gamme.

Mots clefs associés à cet article : Mercedes-Benz, Monospace

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
Guide Fiscal 2019

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2019, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2019
COMMANDER