[Vidéo] Essai - Land Rover Defender : le passe montagne

Publié le par

Même si ce 4x4 revu du carter au plafond a enfin accepté la modernité, il reste d’abord un formidable outil de travail, toujours décliné en deux longueurs de châssis.

Oubliez les SUV qui pullulent partout ! Ici, on a affaire – et ça devient rare – à un authentique tout-terrain. En découvrant cette nouvelle mouture, qui n’a de commun avec l’ancienne que le nom, il y a de quoi prendre peur en voyant la fiche technique. Le robuste châssis-échelle n’est plus du voyage, tandis que l’électronique s’est invitée partout, jusqu’au module Terrain Response, qui commande les modes de roulage destinés au hors-piste. D’ailleurs, le Defender semble avoir pris goût au modernisme, puisque ses compteurs sont digitaux, tandis qu’une dalle numérique fait office de « tour de contrôle ». Même la suspension n’a plus rien de classique en reposant sur des boudins pneumatiques, permettant de jouer sur la hauteur de caisse. Ce n’est pas du luxe, l’expression « monter en voiture » prenant ici tout son sens (garde au sol de 291 mm) tant ce 4x4 est haut perché. Et gros avec ça ! Tablez sur pas moins de 5,02 m en longueur (en version 4 portes), 2,01 m de large et 1,97 m en hauteur. Autant dire que certains parkings lui sont interdits et que ce gabarit XXL pose problème en ville.

Destinations ailleurs

Mais qui songerait à acheter un tel engin pour se cantonner à la ville ? C’est d’abord en prenant la route que ce nouveau Defender fait impression. La position de conduite domine la route et, parfaitement installé dans de larges fauteuils dignes de Chesterfield, on se sent prêt à aller au bout du monde. L’insonorisation est convaincante, et le confort de bon niveau, le tout au service d’un comportement enfin rigoureux. Autant de qualités qui permettent de profiter pleinement du quatre cylindres 2.0 turbo diesel de 240 chevaux de notre version d’essai. Un moteur bien calibré pour gommer les 2 473 kg de l’ensemble de façon satisfaisante et sans trop consommer. Mais à quel prix ! Car à 69 700 euros (hors option et malus de 29 070 euros), ce Defender s’est trop rapproché de ses frères Discovery et Range Rover. Ses plus redoutables concurrents…

Mots clefs associés à cet article : Land Rover, Tout-terrain

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter