[Vidéo] Essai - Kangoo Van et Express Van : d’une pierre deux coups

Publié le par

C’est un sacré pari que fait Renault en lançant à peu près en même temps deux mini-fourgons, l’Express Van et le Kangoo Van. Certes, les cibles ne sont pas les mêmes, mais en France, les entreprises, pour équiper leur flotte, pourront hésiter.

Seul le nouveau Kangoo Van est une vraie de vraie… nouveauté. Il innove dans plusieurs domaines et d’abord avec son accès latéral inédit, le « Sésame ouvre-toi par Renault ». En supprimant le montant central du véhicule, Renault propose 1,446 m d’ouverture sur le côté droit équipé d’une porte coulissante. C’est assez étonnant et ouvre de multiples possibilités pour le chargement-déchargement de marchandise ou pour l’aménagement de l’espace de travail à l’image de cet atelier pivotant signé Sortimo (groupe Gruau). Cette innovation qui permet un accès « côté trottoir » sera très appréciée en ville où il est souvent difficile d’ouvrir largement les portes battantes arrière.

Sur le Kangoo Van Génération 2021, il est aussi possible d’optimiser le volume intérieur avec une galerie intérieure rétractable et verrouillable, en haut de la zone de chargement, au-dessus de la zone passager, Easy Inside Rack, pour transporter des objets longs, de 2 à 2,5 m, selon les versions. Sur certains modèles, Renault propose encore une cloison de séparation et un siège passager escamotable pour avoir jusqu’à 3,05 m de longueur de chargement au plancher. On obtient jusqu’à 3,9 m3 de volume utile en version standard (4,486 m de long), et même jusqu’à 4,9 m3 en version longue (4,910 m) ce qui est pratiquement ce qu’offre la concurrence sur ses fourgons compacts.

Une impression de modernité et de robustesse

Kangoo Van s’adapte ainsi à toutes les exigences des clients en leur permettant de choisir entre deux longueurs et deux types de cloison, en pouvant accueillir à son bord 2 ou 3 passagers, voire 5 en cabine approfondie. De plus, il a été conçu pour être aisément transformé ou carrossé par Renault Tech, dans son satellite en bout de chaine de production, et par bien d’autres constructeurs-carrossiers (Gruau, Durisotti, Klubb, Mobitec, Kollé, etc.).

La ligne extérieure adopte les codes des gammes Renault ce qui donne au petit utilitaire des airs de grand et de fort en muscle. Les voies ont été élargies ce qui renforce l’impression de robustesse. Dans la foulée, l’intérieur n’a rien à envier à celui des VP de dernière génération avec un siège conducteur réglable en profondeur, en hauteur et désormais aussi au niveau des lombaires, une planche de bord parfaitement ergonomique qui intègre le système multimédia Renaut Esay Link sur un écran 8“ (avec ou sans la navigation connectée) et aussi tout plein de rangements facilement accessibles.

Renault a fait depuis longtemps de la sécurité une de ses priorités et équipe le nouveau Kangoo de 12 nouvelles ADAS dont l’astucieux système, Wide View Mirror, un grand miroir dans le pare-soleil du passager qui accroît la visibilité dans l’angle mort droit d’un fourgon tôlé, le régulateur de vitesse adaptatif avec fonction arrêt et redémarrage automatique, de nombreuses aides au stationnement ou encore l’assistance de surveillance de vision arrière permanente, un écran de 7“ qui donne une image de l’environnement arrière à moyenne et longue distance, à partir d’une caméra positionnée au-dessus des portes arrière.

En attendant le Kangoo Van électrique

Ce qui est sûr aussi — et le premier « choc  » que l’on a quand on prend le volant du Kango Van —, c’est que Renault a appris (avec son partenaire Mercedes-Benz Van peut-être) à insonoriser l’habitacle de ses utilitaires. Isolation renforcée du tableau de bord et dans les portes, meilleur encapsulage du moteur, vitres plus épaisses (+11%) sont tout autant d’améliorations qui confirment la montée en gamme du mini-fourgon le plus vendu en France. En attendant la version Van E-TECH Électrique promise pour la fin de l’année, le Kangoo Van est disponible avec des moteurs essence 1.3 TCe décliné en deux puissances, 100 et 130 ch et Diesel 1.5 Blue dCi, 75, 95 et 115 ch qui sont couplés à une boîte manuelle 6 vitesses ou à l’exception du dCi 75, à une transmission automatique EDC à 7 rapports.

C’est cependant avec le Kangoo Van Extra Blue dCi 95 boîte manuelle que nous avons réalisé notre essai : le véhicule s’est révélé d’une très bonne maniabilité. Il a, sur routes de campagne, à mi-charge, un comportement dynamique sans faille — la plateforme CMF-C, qui est celle de la Mégane et du Scénic 4 est d’une grande efficacité — et l’on se sent d’autant plus en confiance que le freinage est précis. Les consommations sont restées raisonnables (moins de 6,0 l/100 km). Cette nouvelle génération du mini-fourgon au losange a mis de son côté toutes les chances pour rester l’un des leaders des marchés français et européens.

L’EXPRESS VAN, UN NOUVEAU KANGOO VAN LOW COST ?
Commercialisé dès maintenant, le nouveau Renault Express Van est une déclinaison low cost du nouveau Kangoo Van. Construit sur une plate-forme différente — celle du Dacia Dokker —, il offre un volume de chargement de 3,3 m3 pour 4,393 m de long. Tout a été fait pour qu’il soit d’abord pratique : une ouverture latérale de 716 mm, une longueur intérieure de 1,91 m avec cloison pleine, mais aussi une charge utile de 780 kg (essence) et 650 kg (diesel) et encore un équipement « confort » assez généreux (système multimédia Renault Easy Link, avec écran tactile 8“ et réplication smartphone avec ou sans navigation, chargeur à induction pour smartphone, jusqu’à trois prises USB et quatre prises 12V dont une dans la zone cargo, etc.) Le Renault Express Van, très confortable, reçoit de nombreuses aides à la conduite dont l’assistance de surveillance de vision arrière, l’avertisseur d’angle mort, le Wide View Mirror, la caméra de recul, etc. Il présente enfin un très bon rapport prix/prestations.

Mots clefs associés à cet article : Renault, Fourgonnette, Véhicule utilitaire léger (VUL)

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter