[Vidéo] Essai - Jeep Wrangler 4xe : du rustique à l’électrique

Publié le par

Pour éviter de mettre un terme à la carrière de son modèle iconique, Jeep dote le Wrangler d’une motorisation hybride rechargeable lui permettant de s’assujettir du malus et de la TVS.

Menacé par l’augmentation programmée du malus écologique et le durcissement des réglementations européennes, le Wrangler n’avait pas d’autre choix que de passer à l’électrique. Jeep a donc équipé son célèbre baroudeur d’un moteur électrique de 145 ch combiné à un moteur essence de 272 ch pour une puissance cumulée de 380 ch (de quoi faire avancer les 2,4 tonnes de l’engin !). Ce renfort, reconnaissable extérieurement par les halos bleu répartis sur l’ensemble de la carrosserie, vient lui ouvrir l’accès aux agglomérations les plus hostiles tout en améliorant l’expérience à bord et en lui conférant des avantages fiscaux non négligeables.

Sur le premier point, il faut dire que l’arrivée de l’électrification sur ce modèle lui confère un sacré coup de fouet ! En effet, cette transformation n’enlève rien à son authenticité et le Wrangler PHEV peut même rouler en 4x4 en mode 100 % électrique et bénéficie des rapports courts sur ses trois modes de conduite. La disponibilité instantanée du couple et les performances promises par l’association « essence + électrique » rendent ainsi ce tout-terrain encore plus imparable sur les sentiers tout en étant capable d’assurer plus de 45 km en mode zéro émission en cycle mixte (50 km en ville). Un temps où il est possible d’apprécier encore plus ses performances off-road, à l’écoute des sons de la nature.

Sauvetage fiscal

Le nouveau Wrangler dispose donc de sérieux arguments pour séduire son public, appuyés par d’indéniables avantages fiscaux notamment pour les professionnels. S’il ne peut pas prétendre au bonus, sa motorisation hybride rechargeable et ses émissions de CO2 comprises entre 79 et 94 g/km lui évitent un malus de 30 000 euros. Une économie qui s’est transformée en argument commercial pour Jeep puisque cela permet d’absorber (largement) la hausse tarifaire de 10 500 € en moyenne par rapport aux versions thermiques. L’économie finale avoisine donc les 20 000 euros et les entreprises pourront également bénéficier d’une exonération partielle de la TVS sur 12 trimestres.

Retrouvez notre essai complet dans le numéro 268 - août / septembre 2021 - de L’Automobile & L’Entreprise.

Mots clefs associés à cet article : Jeep, 4x4, Véhicule hybride rechargeable

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter