[Vidéo] Essai - BMW Série 4 Coupé : Action !

Publié le par

Avant le lancement de Série 4 Gran Coupé, particulièrement appréciée des flottes, BMW dévoile la seconde génération de son coupé Série 4. Avec un design affirmé et une micro-hybridation généralisée, ce modèle pourrait bien voler quelques parts de marché entreprises à sa sœur de gamme.

BMW ne s’en cache pas : avec « The 4 », le constructeur allemand a bon espoir d’atteindre 30 % de ventes aux flottes avec ce modèle. Il faut dire que la Série 4 Coupé, annonçant l’avènement de la S4 Gran Coupé dans les mois à venir ainsi qu’une déclinaison cabriolet et une sportive M4 en 2021, entend constituer un produit disponible sur tous les marchés internationaux. Depuis 2013, plus de 800 000 exemplaires de la Série 4 ont en effet été immatriculés, dont 40 % en Europe. Un succès que ne devrait pas démentir, malgré une carrosserie qui pourrait dérouter certains amateurs de la marque munichoise.

Entre tradition et modernité

La S4 Coupé affiche un style unique, voire clivant, hérité de modèles vintage comme la BMW 327. En témoigne sa calandre plongeante dotée de longs haricots verticaux joints presque jusqu’au bas du bouclier. Un faciès, et même une gueule, qui assume courageusement son identité et marque la rétine. Pare-chocs généreux, ailes généreusement galbées, feux fins et placés sur les côtés pour un aspect musclé, sharknose effilé et lignes ascendantes sur les portières, donnant un mouvement fuyant à l’épaulement arrière… Avec tous ces traits de caractère forts, BMW prouve que sa gamme évolue sans renier son esthétique passée. Le fait que ces naseaux spéciaux intègrent de nombreux éléments technologiques tels que des capteurs, des radars, des volets d’air pilotés ou des caméras le démontre.

En prenant place à l’intérieur de la S4 Coupé, on retrouve les codes qui font la renommée de BMW, à savoir un luxe sobre et des commandes orientées vers le conducteur. De la planche de bord offrant une instrumentation numérique complète à l’affichage tête haute augmentée et personnalisable, le travail apporté par BMW pour faire d’un trajet en Série 4 un véritable plaisir routier s’avère rondement mené. Après tout, sachant que la plupart des clients de la marque ont tendance à avaler les kilomètres, le constructeur allemand excelle dans ce domaine. Et les suspensions, absorbant les dos d’âne à la perfection, n’y sont également pas étrangères.

Mais le conducteur n’est pas le seul à profiter du bien-être interne de la Série 4 Coupé : grâce à des places arrière spacieuses pour le segment et un volume de coffre de 440 l qui n’empiète pas sur l’assise des passagers, même les voyages de longues durées ne se feront pas sentir. D’autant que ce véhicule semble plutôt plébiscité hors agglomération et taillé pour les espaces extra-urbains.

Un soupçon de 48V et une pincée de connectivité

En ce qui concerne sa puissance, puisque c’est également un point sur lequel BMW est attendu au tournant, la nouvelle Série 4 Coupé en offre pour tous les goûts. Elle se voit en effet proposée avec deux moteurs quatre cylindres essence et diesel, dans les versions 420i de 184 ch et 420d de 190 ch. Cette dernière peut d’ailleurs être associée à la transmission intégrale xDrive, que l’on retrouve aussi sur la vigoureuse mouture sport premium M440i xDrive et son six cylindres de 374 ch ! Si aucune déclinaison hybride rechargeable n’est pour le moment prévue sur la S4 Coupé, toutes les motorisations de la gamme se dotent d’un système mild-hybrid 48V, en dehors de la 420i. Pour une motorisation électrifiée, voire électrique, il faudra donc attendre la Série 4 Gran Coupé.

Si la technologie développée sous le capot de « The 4 » ne se cantonne donc qu’à une hybridation, certes cavalière, mais légère, la Série 4 Coupé de deuxième génération embarque cependant pléthore d’équipements et d’Adas efficaces.

En plus de la Navigation Plus et Pro, du verrouillage par smartphone, du Remote Software Upgrade de série ou encore de la commande vocale Intelligent Personal Assistant, le constructeur allemand a innové avec l’aide au parking Auto-reverse. Enregistrant les 50 derniers mètres effectués par la voiture, elle sera capable de les restituer en marche arrière, pour sortir facilement d’une place ou d’un garage par exemple. Une nouveauté qui confirme le statut de précurseur de BMW en matière de systèmes multimédias, la moitié des véhicules connectés vendus dans le monde étant en effet des modèles de la marque.

Toutefois, cette avalanche de mobilité digitalisée à un prix, et non des moindres. Débutant à 48 000 euros pour le bloc essence en finition de base, les tarifs grimpent jusqu’à 57 000 euros pour le diesel M Sport et même 68 400 euros pour la M440i xDrive. Un investissement pour une flotte, et même un caprice de niche. A fortiori puisque, si le malus devrait être neutre avec des émissions de CO2 sous la barre des 130 g/km pour le diesel de la Série 4 Coupé, l’ombre du plan de loi finance plane toujours sur le barème énergétique des constructeurs…

Technique et finance

BMW 420d Série 4 Coupé diesel 48V M Sport

  • Prix TTC * : 54 600 € €
  • Cylindrée : 1998 cm3 cm3
  • Puissance Maxi : 190 ch
  • Couple Maxi : 300 Nm à 4 000 tr/min
  • Consommation (Mixte) : 4 à 4,5 l/100 km l/100 km
  • Émissions de CO2 : 118 à 131 g/km g/km
  • Bonus/Malus * :

* Valeurs en vigueur au 19 novembre 2020

Mots clefs associés à cet article : BMW, Coupé, Essence, Diesel, Véhicule hybride

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER