[Vidéo] BMW Série 8 Coupé : grand huit feutré

Publié le par

La Série 8 fait son retour chez BMW pour accompagner l’offensive haut de gamme du constructeur. Un coupé qui cible ceux qui ne veulent pas choisir entre sport et confort.

En 1989, le premier coupé de la lignée des 8 apparaissait chez BMW. Élégant, puissant et luxueux, il venait coiffer la gamme du constructeur allemand. Élitiste, il resta peu diffusé mais il inaugurait une famille de sportives plus intéressantes les unes que les autres : le magnifique roadster Z8 en 2000 et l’innovante i8 commercialisée depuis 2014. Avec le coupé Série 8 cru 2019, BMW revient sur un positionnement de GT, à mi-chemin entre le luxe d’une Mercedes-Benz Classe S Coupé et la sportivité d’une Porsche 911.

Sportive bourgeoise

JPEG - 31.5 ko
Les « narines » de squale sont de plus en plus imposantes chez BMW.
Longue de 4,84 m, la Série 8 en impose. Mais si elle est plus longue qu’une Série 3 GT, sa hauteur (134 cm) ne trompe en revanche pas sur ses prétentions dynamiques (et aérodynamiques). Son physique musculeux laisse d’ailleurs présager une puissance sans faille. Et c’est effectivement le cas. Sur notre 840d « d’entrée de gamme », la cavalerie compte déjà 320 chevaux et 680 Nm de couple. Une puissance très confortable malgré le poids plutôt élevé de la bête. Le 0 à 100 km/h est effectué en 4,9 s, et la puissance est transmise au sol via les quatre roues motrices qui sont également directrices.

JPEG - 37.8 ko
Le physique musculeux de la Série 8 reste néanmoins discret.

Sur route pas de surprise, la Série 8 aligne les kilomètres avec une facilité et une précision de haut vol. Le confort est d’un très bon niveau. Seuls la position de conduite basse et le rugissement du moteur à l’accélération rappellent que nous sommes à bord d’un coupé aux prétentions sportives. Si les plus difficiles regretteront un manque de caractère sur ce dernier point, la Série 8 Coupé compense par un environnement attachant et flatteur avec de petites exclusivités comme un levier de vitesse en verre (une option à 700 euros). Il faut dire qu’avec un prix d’entrée de 99 700 euros, le coupé Série 8 se négocie presque 20 000 euros de plus que feu le coupé Série 6, qu’il ne remplace pas mais qui avançait en son temps des prestations et un positionnement quelque peu similaires. Ce tarif élitiste doit s’accompagner de prestations au-dessus de la mêlée. Une formalité pour BMW, qui montre là tout son savoir-faire pour créer des machines à rouler exceptionnelles.

Retrouvez notre essai complet dans le n° 243 de L’Automobile & L’Entreprise.

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2018

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2018, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2018
COMMANDER