Vers des autoroutes limitées à 110 km/h ?

Publié le par

Les membres de la Convention citoyenne pour le climat préconisent d’abaisser la vitesse maximale sur autoroute de 130 à 110 km/h afin de lutter contre le réchauffement climatique. Une proposition qui séduit « à titre personnel » Élisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique et solidaire.

Réservée à certaines portions ou lors de conditions climatiques difficiles, la limitation de vitesse à 110 km/h sur autoroute pourrait devenir la norme. (image d'illustration © Marc Mongenet/Wikimédia/CC)
Réservée à certaines portions ou lors de conditions climatiques difficiles, la limitation de vitesse à 110 km/h sur autoroute pourrait devenir la norme. (image d'illustration © Marc Mongenet/Wikimédia/CC)

La limitation de vitesse maximale à 130 km/h sur autoroute sera peut-être bientôt obsolète. Après avoir fait passer une grande partie du réseau secondaire (routes bidirectionnelles sans séparateur central) de 90 à 80 km/h en 2018, engendrant de nombreux mécontentements, l’État pourrait abaisser la vitesse sur autoroute à 110 km/h. À condition de suivre cette fois-ci non pas les recommandations de la Sécurité routière mais les préconisations des 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat.

Parmi leurs nombreuses propositions concernant les transports, ces citoyens tirés au sort suggèrent en effet de réduire de 20 km/h la vitesse maximale sur autoroute. Cela aurait, selon eux, pour effets de réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi d’économiser environ 1,40 euro de carburant pour 100 kilomètres, et bien entendu de réduire la mortalité routière.

«  À titre personnel j’y suis favorable, mais je ne prends pas tous les matins ma voiture pour faire 30 kilomètres aller et retour sur autoroute. Je pense que c’est important sur des sujets comme cela de vérifier qu’il y a bien une adhésion des Français et de ceux qui sont directement concernés » a fait savoir ce lundi 22 juin sur BFMTV/RMC Élisabeth Borne, la ministre de la Transition écologique et solidaire.

« Je suis citoyen, donc si je suis consulté je m’exprimerai » a indiqué son secrétaire d’État chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, sur RTL. Avant d’ajouter : « C’est un beau sujet politique. [...] C’est pour ça que je pense que c’est un des sujets qui possiblement pourraient trouver à s’insérer dans un référendum. » Lors du passage de 90 à 80 km/h sur le réseau secondaire, ni les automobilistes ni, plus largement, l’ensemble des citoyens n’avaient été invités à s’exprimer sur la mesure.

Mots clefs associés à cet article : Autoroute, Gouvernement, Sécurité routière , Élisabeth Borne, Vitesse, Ministère de la Transition écologique et solidaire

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter