Véhicules électriques : les immatriculations à la baisse en juillet

Publié le par

Alors que juin 2021 avait enregistré près de 40 000 véhicules électriques et hybrides rechargeables neufs vendus en France, le mois dernier a vu ce marché branché accuser un net recul avec seulement 19 096 unités mises à la route, selon les données de l’Avere-France.

En tout, ce marché branché représente 12,9 % de parts de marché, soit presque 3 points de moins qu’en juin 2021 (à 15,7 %). © Zeplug
En tout, ce marché branché représente 12,9 % de parts de marché, soit presque 3 points de moins qu’en juin 2021 (à 15,7 %). © Zeplug

Si, sur un an, le comportement d’achat de véhicules électrifiés neufs s’affiche encore dans le positif (+ 9 % par rapport à juillet 2020, qui constituait cependant une année atypique en raison de la pandémie), il faut remonter à janvier 2021 et ses 15 812 VE immatriculés pour faire pire que ce mois de juillet. Et ce sont les véhicules particuliers qui s’avèrent les plus touchés par cette dégringolade : - 35 % par rapport à juillet 2020, toutes énergies confondues. Les performances des VP 100 % électriques font d’ailleurs moins de la moitié de celles de ce même segment en juin 2021 avec 8 293 unités contre 22 138 comptabilisées avant les grandes vacances. Heureusement, les hybrides rechargeables et utilitaires maintiennent un peu le cap avec des mises en circulation en hausse de respectivement + 54 % et + 38 % comparé à l’été 2020. En tout, ce marché branché représente 12,9 % de parts de marché, soit presque 3 points de moins qu’en juin 2021 (à 15,7 %).

Pour Cécile Goubet, déléguée générale de l’Avere-France, l’explication de ce repli est simple : « Au lendemain de la baisse du bonus écologique, les immatriculations de véhicules électriques et hybrides rechargeables ont marqué le pas en juillet 2021. » En témoigne le pourcentage des acheteurs particuliers qui se résorbe aussi bien sur le créneau des VE – passant de 56 % à 49,3 % –, que des PHEV où la part décline de 29 % à 25,6 %.

Néanmoins si, selon elle, il faudra encore attendre deux ou trois mois pour mesurer l’impact réel de cette réduction de l’incitation fiscale, Cécile Goubet veut rester optimiste. « Par rapport à 2019, dans un marché automobile en chute de - 30 % sur le mois et de - 20 % au cumul à fin juillet, les modèles électriques et hybrides rechargeables confirment leur dynamique, avec des immatriculations en augmentation, respectivement, de + 280 % sur le mois et + 343 % en cumul », note-t-elle.

D’ailleurs, ce petit raté de juillet ne semble pas trop entacher les objectifs fixés par le contrat stratégique de filière mis en place en 2018 et qui prévoit 600 000 véhicules 100 % électriques au sein du parc roulant français avant fin 2022 et 400 000 hybrides rechargeables, soit un million d’électrifiés au total. Des ambitions plutôt bien embarquées puisqu’à ce jour on dénombre 639 736 voitures carburant à l’électricité, dont 424 365 VE et 215 371 PHEV. À l’inverse, les espoirs en matière de points de recharge peinent à atteindre les 100 000 bornes car il en reste environ 69 000 à déployer avant la fin de l’année : de quoi freiner un peu plus l’adoption massive de véhicules électrifiés… Quant aux deux-roues motorisés électriques, ils ont enregistré 4 286 immatriculations sur les deux derniers mois de juin et juillet 2021, soit + 47 % par rapport à la même période en 2020. Une belle percée qui profite en premier lieu à l’Italien Askoll ES2 (609 unités), au rétro Pink Pinkstyle (394 unités) et au Français Ligier Pro Pulse 3 (148 unités) qui complète ce trio de tête estival.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, Immatriculations, Marché VP, Marché VUL, Marché France, Véhicule neuf (VN), Véhicule hybride rechargeable, Avere-France

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter