Véhicule électrique : des coûts d’entretien quatre fois moins importants que sur un véhicule thermique

Publié le par

C’est ce que révèle une analyse du spécialiste de la gestion de flotte Fatec sur un parc de plusieurs centaines de véhicules électriques.

L'électrique plus cher à l'achat, affiche des coûts d'entretien plus intéressants que le thermique.
L'électrique plus cher à l'achat, affiche des coûts d'entretien plus intéressants que le thermique.

Le gestionnaire de flotte Fatec gère dans son parc depuis plusieurs années des véhicules électriques pour le compte de ses clients, entreprises ou collectivités. Un retour d’expérience qui permet au fleeteur d’avoir une vision concrète des surcoûts et économies réelles associés au passage d’une flotte à l’électrique. Sans surprise, le premier surcoût concerne l’achat d’un véhicule électrique, qui coûte, selon les données de Fatec, 1,5 fois plus cher en moyenne que son équivalent thermique. S’y ajoute le coût de l’installation d’une borne de recharge électrique qui atteint 700 € en moyenne.

Passé ce surcoût, Fatec nous révèle qu’un véhicule électrique affiche des coûts de maintenance 4 fois moins importants qu’un véhicule thermique. Cet écart observé en comparant les dépenses de maintenance sur 3 ans entre une Zoé et une Clio et un Kangoo électrique et un thermique se doit au kilométrage réduit des électriques mais également à leur architecture technique. « Leurs boîtes de vitesse automatiques comportent peu de pièces mécaniques complexes risquant de casser. L’embrayage, la ligne d’échappement, les filtres à particules, la courroie de distribution n’existent pas non plus dans un moteur électrique, tandis qu’ils coûtent très cher à l’entretien d’un moteur diesel ou essence », explique Jean-Guilhem de Lanlay, commercial spécialisé sur les questions de l’électrique chez Fatec Group. A cela s’ajoute la faible sollicitation des plaquettes de frein en raison d’un frein moteur optimisé pour la récupération d’énergie.

Un coût de l’énergie moins compétitif avec la location de batterie

Grand argument de l’électrique, l’énergie moins chère se mesure également dans les faits : avec un coût estimé à 2,90 € pour 100 km parcourus, l’électrique est bien plus compétitif que son équivalent diesel, dont le coût énergétique atteint 8,69 € pour 100 km (moyenne de consommation à 6,25L/100km et tarif moyen du diesel à 1,39 €/L). Un avantage comparatif qui s’épuise lorsque la batterie du véhicule est louée. Avec des abonnements débutant à 69 €/mois chez Renault, le coût énergétique passe ainsi à 11,31 € pour 100 km.

« Pour mettre en place des véhicules électriques, il faut d’abord s’interroger sur l’utilisation, les parcours, les distances et les routes que l’électrique empruntera, en envisageant tous les cas de figure », conseille Aurélie Carayon, directrice de clientèle chez Fatec Group. Les véhicules électriques sont ainsi particulièrement adaptés aux parcs en autopartage mais inadaptés pour les parcours des commerciaux qui sillonnent la France.

Mots clefs associés à cet article : Fatec Group, Véhicule électrique

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter