Vedecom a un nouveau président et il s’appelle Tony Jaux

Publié le par

Le 1er avril, le vice-président du groupe PSA a pris ses fonctions de président de l’institut de recherche et de formation dédié aux mobilités durables. Et ce pour une durée de 3 ans, renouvelable.

Tony Jaux. © Vedecom
Tony Jaux. © Vedecom

Vice-Président en charge de la R&D électronique, de l’infodivertissement et de la connectivité chez le constructeur national PSA, mais aussi responsable du programme véhicule connecté à la PFA, Tony Jaux ajoute une nouvelle ligne à son CV déjà bien fourni. Celle de président de Vedecom. Une nomination décidée par le Conseil d’administration de l’institut le 6 décembre dernier mais qui n’a été effective que depuis le 1 er avril 2020. Tony Jaux succède ainsi à Rémi Bastien, du groupe Renault.

« Mon arrivée s’inscrit dans la continuité du soutien des industriels à Vedecom depuis sa création en 2014 », a assuré celui qui dirigera l’institut pour une durée de 3 ans, avec possibilité de renouveler son mandat. L’homme diplômé de Supélec juge également que l’entité «  a besoin, plus que jamais, de mutualiser la R&D et gagner en compétitivité vis-à-vis des acteurs mondiaux de la mobilité, de plus en plus nombreux et diversifiés. » Par conséquent, Tony Jaux entend renforcer « la stratégie de pilotage de projets à l’échelon européen » en collaboration « avec l’ensemble des pouvoirs publics et nos partenaires institutionnels, à l’instar de l’ANR ». Dans le collimateur des projets à développer : le véhicule autonome et connecté – via la contribution au « Plan Véhicule Autonome » de la Nouvelle France Industrielle (NFI) –, l’électrification et les nouvelles solutions de mobilité et d’énergie.

Celui qui a commencé sa carrière en 1984 en qualité d’ingénieur de développement chez Philips puis chez Centaure-UP Systems avant d’intégrer Magnetti Marelli ou encore l’équipementier Johnson Controls, souhaite aussi « compléter le dispositif d’innovation de Vedecom afin de valoriser son excellence pluridisciplinaire par l’open innovation, le soutien à l’entreprenariat et la commercialisation de briques technologiques et de services ». Une vaste ambition pour la fondation, dont les membres comptent (entre autres) Cetim, l’IFPEN, PSA Groupe, Groupe Renault, Safran ou Valeo. À voir si, par son expérience, Tony Jaux parviendra à la mener à bien.

Mots clefs associés à cet article : PSA, Valeo, Groupe Renault

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER