Un 3e trimestre mitigé pour la LLD

Publié le par

Le ralentissement du nombre de mises à la route dans le secteur de la location en longue durée s’est confirmé au troisième trimestre 2013. Le syndicat des loueurs, le SNLVLD, a recensé 92 123 immatriculations durant cette période, un total en recul de 1,3 % par rapport au troisième trimestre 2012. Depuis le début de l’année, la baisse est encore plus significative. Les mises à la route sont en repli de 6,2 % et atteignent péniblement les 290 000 unités.

Durée moyenne des contrats en hausse

Pour autant, le parc cumulé géré en LLD continue à afficher une balance positive depuis le mois de janvier. Il progresse de 0,7 %, et l’objectif est d’atteindre une croissance de 1,5 % en fin d’année. Jean-François Chanal, le président du SNLVLD, s’en explique : « Le parc géré par la profession continue à croître car le nombre de restitutions a été faible depuis le début de l’année. Beaucoup d’entreprises ont opté pour une prolongation de leurs contrats, qui atteignent à présent une durée moyenne de 43 mois, avec un pic de 51 mois pour les véhicules utilitaires légers. Ces véhicules prolongés vont prochainement nous être restitués à cheval sur la fin d’année et sur 2014, ce qui aura pour conséquence un rebond des mises à la route et une consolidation du parc total géré. » Autre motif de satisfaction, le parc en fleet management grimpe de 3,7 % au troisième trimestre. Il devrait au final progresser de 10 % en 2013.

La LLD en pointe sur l’électrique

Au chapitre environnemental, les loueurs en longue durée tiennent désormais à jour un compteur de véhicules verts. On apprend par ce biais que 44 % des 2 869 véhicules électriques immatriculés en France au troisième trimestre l’ont été par des acteurs de la profession. Cette part s’élève à 25 % pour les hybrides. Au total, ce sont 3 945 véhicules verts qui ont été mis à la route par les loueurs entre les mois de juillet et septembre 2013. Le SNLVLD dévoile aussi que 16 534 véhicules verts sont actuellement gérés en fleet management, dont 80 % sont des modèles électriques.
Cette montée en puissance progressive des véhicules alternatifs, à laquelle vient s’ajouter le meilleur rendement des véhicules thermiques, a comme conséquence la baisse du taux moyen de CO2 émis par le parc en LLD. Celui-ci s’élevait à 127 g/km en 2012, contre 135 g/km en 2010.

Mots clefs associés à cet article : SNLVLD, LLD

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter