Uber toujours dans le rouge

Publié le par

Uber a publié de mauvais résultats au titre du troisième trimestre de 2020, avec une perte de plus de 1 milliard de dollars. La crise sanitaire pèse fortement sur la division « transports », alors que Uber Eats progresse fortement.

Uber toujours dans le rouge

Uber Technologies vient de publier ses résultats du troisième trimestre 2020 et ils restent fortement pénalisés par la crise du Covid-19. Le chiffre d’affaires du groupe est en repli de 18 % et l’activité est un reflet de la crise sanitaire : - 53 % de revenus pour la division « Mobilité » (1,36 milliard de dollars, versus 2,89 milliards au T3 2019) et + 125 % pour la division « Livraisons » (1,45 milliard de dollars versus 645 millions au T3 2019), portée par l’élargissement de Uber Eats. Notons encore que l’activité de fret est en progression (+ 32 %), à 288 millions de dollars. La perte nette du groupe a été de 1,1 milliard de dollars au troisième trimestre 2020, à rapporter à 1,2 milliard sur la même période de 2019. L’Ebitda est négatif (625 millions de dollars), en contraction de 7 %.

La rentabilité annoncée pour 2021

« Malgré une pandémie inédite et les lourdes incertitudes économiques, nous avons pu compter sur notre diversification et sur la qualité des équipes pour présenter des résultats en amélioration par rapport au deuxième trimestre », souligne Dara Khosrowshahi, président directeur général du groupe, qui se réjouit d’avoir élargi les prestations d’Uber Eats, d’avoir introduit Uber Green dans une cinquantaine de villes et d’avoir amélioré le nombre d’abonnés au pass. De son côté, Nelson Chai, directeur financier de Uber, table maintenant sur une accession à la rentabilité en 2021.

Nouveaux développements sur la mobilité électrique

Au niveau de la division « Mobilité », toutes les régions sont frappées par la crise : - 36 % de réservations nettes pour l’EMEA, - 52 % pour l’Asie-Pacifique, - 40 % pour l’Amérique latine, - 59 % aux Etats-Unis et au Canada, malgré un rebond marqué dans la ville de New-York, par exemple. « Nous avons poursuivi le développement de Uber Green, reposant sur des véhicules hybrides et 100 % électriques, dans 15 nouvelles villes, pour un total de plus de 50 agglomérations dans le monde. Nous avons aussi noué de nouveaux partenariats sur la mobilité électrique, avec GM en Amérique du Nord et avec Renault-Nissan en Europe, en France, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et au Portugal. En outre, après des tests pilotes aboutis, le lancement d’Uber Rent est prometteur », détaille le groupe, qui se félicite aussi de la croissance de ses activités sur le fret, avec de nouveaux accords conclus avec des transporteurs. Enfin, Uber explique avoir réintensifié son programme sur les véhicules autonomes, les véhicules ATG reprenant la route à Washington en plus de Pittsburgh. De nouvelles avancées sont constatées avec la flotte de Volvo XC90 (nouvelle génération de capteurs en test), comme avec la plateforme de mobilités de Toyota.

Mots clefs associés à cet article : VTC, Économie, Uber, Nouvelles mobilités, Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter