Uber et Arrival partenaires pour créer un nouveau véhicule

Publié le par

La plateforme de VTC et l’entreprise d’ingénierie spécialisée dans l’électromobilité ont décidé de s’associer pour concevoir un véhicule électrique abordable qui sera utilisé par les chauffeurs Uber.

Si un échantillon de visuels a d’ores et déjà été communiqué, ils ne concernent toutefois que l’intérieur. © Arrival/Uber
Si un échantillon de visuels a d’ores et déjà été communiqué, ils ne concernent toutefois que l’intérieur. © Arrival/Uber

Après avoir conclu un accord avec UPS pour le développement d’un fourgon, la start-up britannique Arrival, fondée en 2015, prévoit d’imaginer une voiture VTC en collaboration avec le leader du secteur : Uber. Ce nouveau modèle, pensé en adéquation avec les besoins de mobilité zéro émission, notamment en zone urbaine, devra permettre aux chauffeurs de la plateforme de parcourir quelque 50 000 kilomètres par an en moyenne. De gros rouleurs pour qui le confort et la sécurité s’avèrent donc essentiels.

Révélation de l’intérieur, mystère pour l’extérieur

Pour répondre au mieux aux attentes des chauffeurs Uber londoniens – pour qui le groupe VTC a annoncé la levée de plus de 135 millions de livres en vue d’accompagner leur transition énergétique –, Arrival envisage de collaborer étroitement avec ces derniers dans la phase de conception du véhicule, dont un prototype sera dévoilé fin 2021. Il rejoindra donc la gamme de produits promis par la start-up (dans laquelle ont déjà investi des constructeurs comme Kia et Hyundai) et qui comprend notamment un bus et un utilitaire léger eux aussi 100 % électriques.

Si un échantillon de visuels a d’ores et déjà été communiqué, ils ne concernent toutefois que l’intérieur. On y distingue une instrumentation sobre composée d’une unique mais large tablette tactile, ainsi qu’un siège conducteur peu gêné par un siège passager avant repliable, délivrant un bel espace aux jambes pour les voyageurs assis sur une banquette arrière spacieuse. On aperçoit également de nombreux rangements rétroéclairés ainsi que des matériaux épurés mais visiblement moelleux.

La promesse d’une production locale et moins chère

Sans avancer de prix, Arrival espère proposer un véhicule électrique abordable par le biais de son concept de production par des micro-usines locales. Celles-ci permettent en effet une production proche des zones de demande, et une certaine adaptation aux caractéristiques des régions. « Nous pensons que la décision de passer à un véhicule électrique ne devrait pas être accompagnée d’une hausse de prix », affirme Tom Elvidge, chef de produit d’Arrival et ancien cadre d’Uber en Europe. Le véhicule devrait quant à lui sortir d’usine à partir du troisième trimestre de 2023.

À noter enfin que cette annonce intervient quelques semaines après l’entrée en Bourse en mars sur le Nasdaq à Wall Street d’Arrival. Et si, à ce jour, Uber n’achète pas de véhicules pour ses chauffeurs, il se pourrait qu’à l’avenir la plateforme VTC change de politique et se fournisse désormais auprès de la start-up. Pour cause : cette alliance pourrait faire naître une coopération plus approfondie entre les deux entités, qui espèrent « explorer une relation stratégique sur des marchés clés », notamment au Royaume-Uni, aux États-Unis et dans l’Union européenne.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, VTC, Uber, Mobilités

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter