Transformation VP/VU : gare au malus écologique !

Publié le par

Depuis le 1er juillet, les véhicules utilitaires transformés en véhicules particuliers par l’ajout d’une banquette arrière sont assujettis au malus écologique lors de leur nouvelle immatriculation.

En transformant en VP une auto initialement immatriculée en VU, le malus écologique s'applique désormais. (© Renault)
En transformant en VP une auto initialement immatriculée en VU, le malus écologique s'applique désormais. (© Renault)

Chaque début de mois apporte son lot de modifications réglementaires, fiscales ou tarifaires. Ainsi, depuis le 1er juillet 2020, le malus écologique est applicable aux véhicules utilitaires transformés en véhicules particuliers, comme l’indique le site service-public.fr.

Plus précisément, la taxe s’applique aux véhicules initialement immatriculés dans la catégorie N1. Soit les « véhicules conçus et construits pour le transport de marchandises ayant un poids maximal inférieur ou égal à 3,5 t » au sens du Code de la route et de l’administration fiscale. C’est-à-dire aux véhicules utilitaires légers (de type Renault Kangoo, Peugeot Expert, Citroën Jumpy, etc.) mais aussi aux dérivés de véhicules particuliers « amputés » des places arrière (ex. : Peugeot 208 Affaires, Renault Clio Société…).

Dès lors que ces derniers véhicules, à la fin de leur carrière « professionnelle » retrouvent leur banquette arrière, ils doivent être ré-immatriculés en catégorie M1. À l’occasion de cette opération, le législateur exige désormais le paiement du malus écologique, dans le cas où leurs émissions de CO2 dépasseraient le seuil des 138 g/km.

Mots clefs associés à cet article : Aménagement de fourgon, Bonus-malus, Certificat d’immatriculation, Marché VP, Marché VUL, Taxes

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER