Trajets domicile-travail : "Dès le 11 mai, 70 % de l’offre sera assurée dans les transports en commun"

Publié le par

Le secrétaire d’État aux Transports a indiqué, vendredi 24 avril, avoir demandé aux opérateurs de "mettre en place l’offre de transports la plus large possible dès le début du déconfinement" de la population, prévu le 11 mai prochain.

En Ile-de-France, l'offre va considérablement progresser. (image d'illustration © Antonin Moriscot / A&E)
En Ile-de-France, l'offre va considérablement progresser. (image d'illustration © Antonin Moriscot / A&E)

Le déconfinement (progressif) de la population se précise et s’organise. Avancée par les autorités comme la fin de ce confinement exceptionnel visant à lutter contre l’épidémie de Covid-19, la date du 11 mai devrait rimer avec le retour des salariés sur leur lieux de travail. Si dans certains secteurs d’activité le recours au télétravail va se poursuivre, la reprise des trajets domicile-travail par la route ou les transports en commun sera toutefois inévitable pour les salariés d’autres secteurs.

« Nous travaillons région par région à avoir la bonne offre permettant d’accompagner la réouverture concrète des activité sur le terrain » a indiqué ce vendredi 24 avril, sur BFMTV/RMC, Jean-Baptiste Djebbari.

Le secrétaire d’État aux Transports a précisé avoir « demandé aux opérateurs de mettre en place l’offre de transports la plus large possible dès le début du déconfinement afin de limiter la concentration des personnes » dans les gares comme dans les véhicules.

Le port de masques de protection rendu obligatoire ?

Concernant l’Ile-de-France, où 12 millions de voyages par jour sont habituellement comptabilisés, « aujourd’hui, 30 % des circulations sont assurées pour seulement 4 % de voyageurs. Nous visons 70 % de l’offre assurée » dès le 11 mai prochain, a détaillé Jean-Baptiste Djebbari.

Interrogé sur le port obligatoire de masques de protection dans les autobus, rames de métro, RER ou trains de banlieue, le secrétaire d’État aux Transports a fait savoir que plusieurs hypothèses sont encore sur la table. « Rien n’est encore tranché mais il est très probable que dans les espaces à forte densité de trafic, le port du masque soit obligatoire » a-t’il indiqué.

« Il est évident que si le masque est obligatoire pour voyager, des contrôles et des sanctions seront prévus », a, en outre, prévenu Jean-Baptiste Djebbari.

Mots clefs associés à cet article : Transports en commun, Ministère, Trajets domicile-travail, Ile-de-France Mobilités, Coronavirus Covid-19, Jean-Baptiste Djebbari

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter