Trajets domicile – travail : Gouvernement, partenaires sociaux et collectivités locales en discussion

Publié le par

Afin d’améliorer la mobilité au quotidien, le Gouvernement engage une discussion avec les partenaires sociaux et les collectivités locales sur l’accompagnement des déplacements domicile-travail. Objectif : travailler à une bonne complémentarité entre les dispositifs mis en place localement par les entreprises, les collectivités et l’État.

Trajets domicile – travail : Gouvernement, partenaires sociaux et collectivités locales en discussion

Les déplacements domicile-travail font partie des principales préoccupations de nos concitoyens en matière d’accès à l’emploi, de pouvoir d’achat et de qualité de vie. Ils sont également un élément central pour les employeurs en matière d’attractivité et de croissance de leur activité. C’est pourquoi le Gouvernement a réuni le 29 janvier dernier les partenaires sociaux et associations d’élus afin de leur proposer de travailler ensemble à trois propositions :

  • alors que la loi prévoit d’ores et déjà l’obligation pour certaines entreprises de réaliser un plan de mobilité, pour aller plus loin, l’État souhaite inscrire la mobilité comme un thème régulier du dialogue social en entreprise ;
  • si la LOM prévoit la mise en place du forfait mobilité durable*, les partenaires sociaux et les collectivités locales sont invités à travailler à l’extension de l’accompagnement des modes de déplacement vertueux (covoiturage, vélo), en favorisant leur usage en complément des transports en commun ;
  • enfin, le Gouvernement les incite à un grand déploiement des dispositifs d’accompagnement des automobilistes (prime à la conversion jusqu’à 5000 €, revalorisation du barème kilométrique, etc.), en privilégiant une approche locale.

De ce travail collectif devrait ressortir des mesures concrètes, présentées d’ici à la fin du mois de février et dont les dispositions législatives pourront se traduire dans le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM).

*exonération de fiscalité et de charges sociales jusqu’à 400€/an pour la participation des employeurs aux frais de déplacement des salariés qui viennent en vélo ou en covoiturage

Mots clefs associés à cet article : Covoiturage, Vélo, Gouvernement, Nouvelles mobilités

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter