Toyota pose la première pierre de sa ville du futur

Publié le par

Le constructeur japonais est à l’origine de Woven City. Un projet de ville nouvelle implanté sur l’ancien site de production de Higashi-Fuji et « où tous les écosystèmes seront connectés »

2 000 habitants devraient vivre dans cette ville nouvelle. (image d'illustration © Toypta)
2 000 habitants devraient vivre dans cette ville nouvelle. (image d'illustration © Toypta)

Toyota profite de la fermeture de son usine Toyota Motor East Japan à Higashi-Fuji pour expérimenter de nouvelles choses en matière d’urbanisme et plus particulièrement de ville connectée. Le constructeur japonais et sa filiale Woven Planet Holdings, présentée comme « responsable d’un large éventail de projets de développement de la mobilité à travers des programmes informatiques » ont posé, cette semaine, en présence des autorités locales, la première pierre de la ville nouvelle Woven City sur le territoire de l’ancienne usine restée 53 ans en activité.

« En prévision d’une ère où tous les écosystèmes de la vie quotidienne fonctionneront par échange de données, Toyota a annoncé la construction de Woven City en janvier 2020 [lors du CES de Las Vegas, ndlr]. Cette ville du futur vise à favoriser des progrès continus bénéfiques à la société, en accélérant le cycle des innovations technologiques et le développement des services. [...] Ce projet constituera une expérimentation grandeur nature de nouvelles technologies dans des domaines très divers tels que la conduite autonome, la mobilité personnelle, la robotique et l’intelligence artificielle (IA). Il devrait offrir un certain nombre d’opportunités à des entreprises et des chercheurs du monde entier », indique l’entreprise dans un communiqué.

« Expérimentation grandeur nature »

Woven City s’étendra sur 70 hectares. Les circulations seront articulées autour de trois types de rues : « l’une dédiée à la conduite autonome, un autre aux piétons et la troisième aux personnes conduisant un moyen de déplacement individuel, indique Toyota. Une route souterraine servira au transport de marchandises. La communauté débutera avec 360 résidents environ (des personnes âgées, des familles avec de jeunes enfants et des inventeurs) et comptera à terme près de 2 000 habitants [dont de nombreux salariés Toyota] ». Les habitations devraient être majoritairement construites en bois tandis que des sources d’énergie renouvelables (comme des panneaux photovoltaïques) permettront d’alimenter la communauté en électricité.

Mots clefs associés à cet article : Toyota, Logiciel

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter