Toyota en pointe sur l’électrique à l’occasion des JO de Tokyo 2020

Publié le par

La marque japonaise vient de dévoiler une gamme complète de véhicules électriques qui feront partie de la flotte officielle des Jeux olympiques de 2020. L’objectif : descendre à un niveau d’émission de CO2 record et réduire l’impact écologique de l’événement.

La flotte fournie par Toyota pour les JO 2020 de Tokyo sera électrique à 90 %. © Toyota
La flotte fournie par Toyota pour les JO 2020 de Tokyo sera électrique à 90 %. © Toyota

Les JO de Tokyo seront propres ou ne seront pas. Telle est un peu la devise que s’impose le partenaire automobile de ces prochains Jeux olympiques, qui se tiendront au sein de la capitale nipponne du 24 juillet au 9 août 2020. Désireux de faire de ces JO un modèle en termes de basse consommation énergétique, Toyota et le comité d’organisation de ce rendez-vous sportif incontournable ont donc annoncé que 90 % de la flotte officielle serait électrique.

>> À lire aussi : Toyota modifie sa Prius hybride rechargeable

En tout, quelque 3 700 véhicules et solutions de mobilité durables seront mis à la disposition des participants par la marque japonaise afin d’assurer leur transport entre les différents sites olympiques et paralympiques. Parmi ceux-ci, certains figurent au catalogue des ventes de Toyota et sont déjà commercialisés, à l’image de la Mirai. D’autres, cependant, ont été conçus spécialement pour l’occasion, comme le minibus APM et l’e-Palette. Doté d’un plancher surbaissé, ce dernier facilitera les trajets des personnes en fauteuil roulant. Outre ces engins avant-gardistes, Toyota fournira 300 VEB (véhicules électriques à batterie) ci-contre, destinés aux espaces piétonniers.

Un taux de CO2 divisé par deux

En somme, autant de dispositifs et d’équipements respectueux de l’environnement qui devrait faire baisser la facture énergétique de cet événement habituellement dispendieux. Selon des calculs préliminaires, le taux moyen de CO2 qu’émettront les JO de Tokyo 2020 sera inférieur à 80 g/km. À savoir la moitié du niveau habituel d’une flotte de même taille mais constituée de modèles conventionnels à essence ou diesel. Comparé aux JO de Rio en 2016, dont le coût environnemental avait été chiffré à 17 000 tonnes de déchets, et 3,6 t de CO2 par le CIO (Comité international olympique), gageons que le pays du Soleil levant ne peut que faire mieux…

Mots clefs associés à cet article : Toyota, Véhicule électrique, Flotte, Electromobilité

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter