Toyota compte commercialiser un module PAC prêt à l’emploi

Publié le par

Engagé dans la mobilité hydrogène, le constructeur a mis au point un système compact intégrant les différents éléments d’une pile à combustible (PAC). Adaptable à de multiples produits et applications, il devrait être accessible à partir du printemps 2021.

Prévu pour être commercialisé au printemps 2021, au plus tôt, ce nouveau module se décline en quatre modèles. © Toyota
Prévu pour être commercialisé au printemps 2021, au plus tôt, ce nouveau module se décline en quatre modèles. © Toyota

Pour promouvoir l’usage de l’hydrogène, Toyota Motor Corporation œuvre depuis de nombreuses années. Les lancements de la berline Mirai ou encore du bus Sora en témoignent. En plus de démocratiser les véhicules hydrogène, Toyota se place également en fournisseur de piles à combustible en accordant des licences d’exploitation de ses brevets libres de droits. Constatant que, dans différents secteurs industriels, beaucoup d’entreprises désireuses de réduire leur empreinte carbone recherchent des PAC facilement adaptables à leurs produits, la marque automobile japonaise entend désormais généraliser l’adoption de ses technologies hydrogène en les réunissant sous un conditionnement compact.

Prévu pour être commercialisé au printemps 2021, au plus tôt, ce nouveau module se décline en quatre modèles. À savoir deux types – l’un vertical (Type I) et l’autre horizontal (Type II) – et deux puissances au choix (60 kW ou 80 kW). Qu’elle que soit la configuration choisie, ce bloc hydrogène rassemble les éléments du système PAC de la Mirai II, plus performant, ainsi que les composants gérant l’alimentation en air, en hydrogène, le refroidissement et le contrôle de puissance. Sa facilité d’utilisation avancée le destine aux entreprises qui conçoivent et fabriquent des produits à PAC pour la mobilité des poids lourds, des bus, des trains, des navires à hydrogène ou encore pour les groupes électrogènes stationnaires.

Polyvalents, faciles à installer et simple d’entretien

Bénéficiant d’une large plage de tension (400 à 750 V), ces produits PAC développés par le groupe Toyota peuvent se brancher directement sur un instrument électrique existant équipé d’un moteur électrique, d’un onduleur, d’une batterie ou autre. De même, les quatre modules peuvent être combinés en fonction de l’application souhaitée afin de s’adapter à la puissance requise et à la place disponible. Enfin, « le principe de la modularisation dispense de configurer l’installation de chaque composant du système PAC et de le brancher individuellement », précise un communiqué du constructeur. Une simplicité de montage qui peut toutefois s’accompagner de l’aide d’ingénieurs expérimentés si les entreprises intéressées la sollicitent.

PNG - 209.3 ko

Pour convaincre les futurs acquéreurs de son module PAC, Toyota assure aussi une sécurité d’utilisation en garantissant l’absence de fuite d’hydrogène. Sa solution est également conçue pour opérer dans des environnements très différents, comme des températures basses ou élevées, en haute altitude (où le taux d’oxygène est moindre) ainsi qu’en présence de vibrations. Autant de qualités auxquelles s’ajoute une nécessité d’entretien peu fréquente, « ce qui contribue à réduire le coût total de l’achat », bien qu’aucun tarif n’ait encore été avancé.

Mots clefs associés à cet article : Toyota, Hydrogène, Entreprises, Mobilité hydrogène

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter