Toyota Motor Europe : Matt Harrison succède à Johan van Zyl

Publié le par

Johan van Zyl cède sa place de président et CEO de Toyota Motor Europe ainsi que de CEO de la région Europe pour Toyota Motor Corporation à Matt Harrison. Johan van Zyl conserve cependant la présidence de Toyota South Africa Motors.

Matt Harrison. © Toyota
Matt Harrison. © Toyota

Matt Harrison n’est pas un nouveau venu dans l’organigramme de Toyota. Ce Britannique ayant débuté sa carrière chez Ford a en effet rejoint Toyota en 2000, en tant que responsable marketing de la zone Grande-Bretagne. Évoluant au sein des différentes entités du groupe, il a notamment pris les fonctions de directeur de Lexus Europe à partir de 2008, de directeur général de Toyota Grande-Bretagne à partir de 2013 puis de vice-président ventes et marketing de Toyota Motor Europe en 2015. Actuel vice-président exécutif de Toyota Motor Europe depuis 2019, Matt Harrison occupera, dès le 1er avril 2021, la double fonction de président et CEO de l’entité. Un poste logiquement couplé à celui de CEO de la région Europe pour Toyota Motor Corporation.

Dans le cadre de cette mission de poids, le nouvel homme fort du constructeur japonais sera en charge de conduire la mutation engagée par Toyota en Europe vers son nouveau statut d’entreprise de mobilité. Affichant un objectif de 1,4 million de véhicules à l’horizon 2025, le groupe automobile envisage en effet le lancement de dix modèles électriques, l’enrichissement de la gamme hybride ainsi qu’une diversification dans les services de mobilité par le biais de sa marque Kinto. Un défi de taille mais qui ne devrait pas effrayer celui qui a participé à faire franchir la barre du million de véhicules en 2019 aux ventes de Toyota Motor Europe – une première en dix ans. Une direction stratégique et opérationnelle menée aux côtés de Johan van Zyl, auquel Matt Harrison succède.

JPEG - 18.5 ko
Johan van Zyl. © Toyota

Si, à compter du 1er avril 2021, Johan van Zyl part en retraite après plus de cinq ans à siéger à ces postes clés, il ne coupe toutefois pas les ponts avec le constructeur. Laissant les rênes de Toyota Motor Europe à son ancien vice-président, il continuera à diriger Toyota South Africa Motors. Il part donc l’esprit léger, assurant que « la mutation dans laquelle nous nous sommes engagés ne connaîtra aucune rupture et Toyota réussira très bien sous la direction de Matt, j’en suis certain. »

Mots clefs associés à cet article : Toyota, Véhicule électrique, Marché Europe, Mobilités

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter