[Vidéo] Essai - Toyota C-HR : des initiales peu banales

Publié le par

Trois ans après son lancement, le SUV compact du constructeur japonais passe par la case restylage. Mais si l’esthétique de ce crossover hybride conserve son galbe inclassable, le C-HR se dote d’une motorisation plus dynamique.

Il y a du changement sous le capot du Toyota C-HR version 2019. Ou plutôt sous sa pédale ! Parti d’un lointain quatre-cylindres turbo essence 1.2 l développant une puissance de 116 ch, le « Coupé High Rider » de la marque nipponne se lance désormais sur les routes au galop de 184 ch (pour son 2,0 l). Et cela sans toutefois siphonner le réservoir d’essence (à peu près 4 l/100 km)… Des performances qui amènent ce SUV, à cheval entre les segments B et C, à titiller des concurrents comme le Peugeot 3008 ou le Kia Niro. Tout en se maintenant en dehors de toutes catégories.

Hors-normes

Car c’est là que réside l’astucieuse malice de Toyota : son C-HR ne peut souffrir aucune véritable comparaison puisque celui-ci s’avère unique en son genre. Et on ne parle pas seulement là de sa silhouette bodybuildée, de sa proue gonflée à l’hélium ou de ses portières taillées à la serpe. Autant de caractéristiques stylistiques que certains adulent autant que d’autres détestent mais qui ont permis à ce modèle de sortir du lot dans le flot des SUV. Au point qu’il s’en vend environ 120 000 unités par an.

On peut d’ailleurs regretter que, fort de ce design insoumis et assumé, Toyota n’ait pas cherché à le remanier plus intensément. Ainsi, c’est à peine si la récente mouture du C-HR adopte une nouvelle signature lumineuse, réunissant feux de jour et clignotants, ou un nouveau spoiler, plus sobre.

L’autre distinction notable de cette dernière génération du crossover de Toyota réside dans sa connectivité accrue. Outre un réel confort d’assise et un package sécuritaire particulièrement foisonnant, la marque au « T » a conçu une application (MyT) permettant de géolocaliser sa voiture, partager son itinéraire ou encore adapter sa conduite à l’hybride. De même, la technologie « over the air » garantit une mise à jour cartographique régulière : un bon point !

Il y a toutefois un élément par rapport auquel le C-HR se démarque de manière négative : le bruit dans l’habitacle. Notamment lors du passage du thermique à l’électrique. L’autonomie du bolide reste également cantonnée à moins d’une dizaine de kilomètres : un brin bridée, l’hybride…

Mots clefs associés à cet article : Toyota, SUV, vidéo

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter