Tour de France 2021 : la mobilité électrique s’invite sur la Grande Boucle

Publié le par

Depuis plusieurs années déjà, les équipes organisatrices du Tour de France réfléchissent à réduire l’impact environnemental de l’événement et plus particulièrement celui de la caravane. L’édition 2021 est donc marquée par l’introduction de véhicules hybrides rechargeables et 100 % électriques.

image d'illustration © Jean-Marie Liot / A.S.O.
image d'illustration © Jean-Marie Liot / A.S.O.

Du 26 juin au 18 juillet 2021, les cyclistes engagés sur la 108e édition du Tour de France sillonneront les routes de l’Hexagone. Si leurs efforts soutenus ne génèrent qu’un très faible impact environnemental, ce n’est pas vraiment le cas des moyens déployés autour d’eux (organisation générale, déplacements entre les étapes, logistique des équipes, caravane publicitaire, couverture médiatique...)..

Conscientes de ce problème, les équipes d’Amaury Sports Organisation [la société organisatrice de l’épreuve, ndlr] ont déployé un plan d’action portant sur plusieurs points (gestion des déchets, restauration, protection de la biodiversité, etc.) dont la mobilité. Ainsi, l’édition 2020 a été l’occasion pour ASO et ses partenaires et sponsors de mener quelques tests avec des véhicules GPL, GNV, hybrides rechargeables ou 100 % électriques.

Poursuivre les efforts en 2021

Ainsi, 29 exemplaires des véhicules de course, utilisés par l’organisation, étaient des hybrides rechargeables. Au sein de la caravane publicitaire, l’énergéticien Antargaz avait décidé de faire rouler des véhicules au GPL tandis qu’Enedis a misé sur des véhicules 100 % électriques à batteries. En fin d’épreuve, le logisticien XPO Logisitics a préféré déployer une flotte de camions roulant au gaz naturel plutôt qu’au gazole.

Pour la 108e édition, une grande partie de ces pratiques sont reconduites tandis que d’autres tests vont être menés. Outre abaisser les émissions de l’événement, l’idée est de montrer qu’il est possible de faire un usage intensif de ces véhicules carburants, selon l’expression, aux “nouvelles énergies”.

L’organisation en Škoda électrifiées

Partenaire depuis 18 ans désormais de l’organisation du Tour de France, le constructeur tchèque Škoda fournit cette année une flotte entièrement électrifiée, composée des Octavia e iV, Superb e iV et Enyaq iV. Ainsi, Christian Prudhomme, le directeur de course, roulera alternativement avec la routière hybride rechargeable - déjà engagée l’an dernier - ou le SUV 100 % électrique.

JPEG - 93.7 ko
© Skoda

« Au total, ce sont plus de 250 véhicules Škoda qui vont parcourir le Tour de France entre la Bretagne et Paris. Parfaitement aligné sur la politique RSE du Tour de France, Škoda utilisera également exclusivement des voitures 100% électriques au sein même de la caravane », précise le constructeur dans un communiqué. En détails, 250 véhicules de la marque (Octavia, Superb, Kodiaq, Karoq, Kamiq et Enyaq) sont engagés dans la Grande Boucle. Quelque 210 autos sont mises à disposition d’ASO dont 138 véhicules hybrides en course et 3 électriques.

La Gendarmerie en SUV hybrides rechargeables français

Comme l’indique ce post LinkedIn de Nicolas Leveque, responsable des ventes grands comptes et leasers chez PSA, la Gendarmerie nationale a reçu, voilà quelques jours déjà, de nouveaux véhicules pour sa flotte engagée dans la caravane du Tour.

© Nicolas Leveque / Capture LinkedIn A&E
© Nicolas Leveque / Capture LinkedIn A&E

Remplaçants les Skoda Kodiaq utilisés ces dernières années, les six exemplaires du Citroën C5 Aircross Hybrid livrés sont motorisés par un bloc hybride rechargeable de 225 chevaux.

Enedis en VE français

Les agents du gestionnaire du réseau d’électricité français présents sur le Tour rouleront une nouvelle fois en véhicules électriques lors de chaque étape. Six Renault Zoe floqués aux couleurs d’Enedis ont ainsi été engagées dans la caravane. En coulisses Enedis œuvre également à faciliter la mobilité durable des équipes et des autres sponsors ainsi les différents sites de ses directions régionales équipés de bornes de recharge ouvriront leurs portes aux véhicules du Tour pour charger leurs batteries tandis qu’un partenariat a été noué avec la start-up Drop’n Plug afin de recharger au départ et à l’arrivée de chaque course. L’entreprise étant spécialisée dans l’installation de bornes mobiles directement raccordées au réseau électrique et non alimentées par un groupe électrogène.

Mots clefs associés à cet article : Citroen, Skoda, Véhicule électrique, Vélo, Véhicule hybride rechargeable, Enedis

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter