Total et Engie s’accordent sur un giga projet sur l’hydrogène vert

Publié le par

Total et Engie viennent de conclure un accord pour déployer le projet Masshylia, soit le plus grand site de production d’hydrogène renouvelable de France. L’entrée en production est programmée en 2024.

La construction d'une filière hydrogène française s'accélère depuis plusieurs mois. © Engie
La construction d'une filière hydrogène française s'accélère depuis plusieurs mois. © Engie

Le projet Masshylia, qui vient d’être en partie dévoilé par Total et Engie, ne manque pas d’ambition ! Châteauneuf-les-Martigues, dans la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur : situé au cœur de la bioraffinerie de Total à La Mède et alimenté par des fermes solaires d’une capacité globale de plus de 100 MW, l’électrolyseur de 40 MW produira 5 tonnes d’hydrogène vert par jour, répondant aux besoins du processus de production de biocarburants de la bioraffinerie Total de La Mède, et évitant 15 000 tonnes d’émissions de CO2 par an.
Au-delà de cette première phase, de nouvelles fermes renouvelables pourront être développées par les partenaires pour l’électrolyseur qui a la capacité de produire jusqu’à 15 tonnes d’hydrogène vert par jour.

Un premier jalon clé en 2022

Le projet Masshylia a été labellisé comme innovant et d’un grand intérêt pour la région par plusieurs institutions régionales (région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur, Métropole Aix-Marseille-Provence, Capenergies pôle de compétitivité). Il bénéficie du soutien d’acteurs locaux pour sa capacité à réduire les émissions de CO2 et démontrer les avantages économiques de l’hydrogène renouvelable, ainsi que pour son intégration dans l’écosystème local et au niveau européen.
Les dirigeants de Total et d’Engie envisagent un début de construction des installations en 2022, à l’issue de l’étude d’ingénierie avancée, en vue d’une entrée en production dès 2024, sous réserve de la mise en place des soutiens financiers et autorisations publiques nécessaires. À cette fin, le projet a déjà déposé des demandes de subventions auprès des autorités françaises (AMI) et européennes (IPCEI, Fonds de l’innovation).

La géométrie de la filière hydrogène se précise en France et au-delà

« Cette installation de production d’hydrogène renouvelable, associée à notre expertise dans l’énergie solaire, est une nouvelle étape de notre engagement à atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050 », pointe Philippe Sauquet, président Gas, Renewables & Power de Total. Et d’ajouter : « L’association de deux grandes entreprises énergétiques françaises va permettre de développer la filière hydrogène et d’en devenir les leaders grâce à ce projet commun, industriel et reproductible à l’échelle internationale ».
« Le partenariat entre Engie et Total ouvre la voie à un “hub” d’hydrogène renouvelable multi-usages dans un proche avenir, fortement ancré dans la région et avec une portée internationale », souligne Gwenaëlle Avice-Huet, directrice générale adjointe d’Engie, en charge des énergies renouvelables.

JPEG - 326.9 ko
La bioraffinerie de Total à La Mède doit accueillir le projet Masshylia pour produire de l’hydrogène renouvelable. © DR / Total

Mots clefs associés à cet article : Total, Pile à combustible, Hydrogène, Énergies renouvelables, Engie

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter