Théophane Courau (Fatec) : « Être un point d’entrée unique sur tout un bouquet de services »

Publié le par

Dans le monde de la gestion de flotte, il est assez rare qu’un prestataire invite la presse pour une immersion dans son activité. Aussi, lorsque Fatec nous a proposé une visite guidée de son siège marseillais, nous avons sauté sur l’occasion pour découvrir l’envers du décor d’un spécialiste historique de la gestion de flotte en France.

Le siège social de Fatec est basé à Marseille.
Le siège social de Fatec est basé à Marseille.

Fatec officie dans la gestion de flotte depuis vingt-six ans. Après douze ans aux mains du courtier Aon, l’entreprise est rachetée en 2013 par Théophane Courau. « Après un changement de direction, Aon souhaitait se recentrer en France sur son métier de gestion des risques. Nous avons saisi l’opportunité et racheté toute l’activité », explique le repreneur devenu président de l’entreprise. La marque Aon, qui reste propriété du courtier, impose néanmoins un changement de nom. Cela sera Fatec, acronyme de « fleet auto technic ».

L’entreprise a depuis parcouru un beau chemin. « À mon arrivée en 2013, Fatec comptait 43 collaborateurs. Le mois dernier, nous étions 85. Notre activité a doublé en six ans », rappelle Théophane Courau. Une croissance aussi régulière qu’équilibrée. « Nous avons deux jambes de force égale. En termes d’équipes, nous avons le même nombre de salariés au plateau technique qu’au plateau administratif », détaille le responsable.

JPEG - 1.9 Mo

Les activités de l’entreprise s’organisent ainsi sur deux piliers : les prestations techniques, qui regroupent tout ce qui touche à l’entretien (contrôles réglementaires, maintenance, assistance, dépannage, réparation…), et les prestations de gestion administrative (construction d’une car policy, renouvellement et restitution des véhicules, gestion d’avenants…).

Les offres se développent également autour de l’auto-partage et de la télématique. « Nous pouvons travailler avec tout le monde, dit-il. Quand un besoin émerge, nous allons répondre en partenariat avec un prestataire. La valeur de Fatec, c’est d’être un point d’entrée unique sur tout un bouquet de services et de prestataires pour proposer aux clients la solution la plus adaptée à leurs besoins. » Outre les prestations opérationnelles, les outils de gestion et de reporting de Fatec lui permettent d’apporter une expertise en termes de conseil et de pilotage. « Nous analysons le parc de nos clients et leur construisons des plans de progrès », résume le directeur.

Un référencement à l’Ugap

L’année 2018 a été riche pour Fatec. L’entreprise a signé avec des clients grands comptes comme BSH Électroménager, CNP Assurances, Jaguar Network ou encore STMicroelectronics. Elle est montée sur le podium des Trophées de L’Automobile & L’Entreprise dans la catégorie « Service de l’année », mais surtout elle a remporté deux appels d’offres de l’Ugap, qui la référence auprès des acteurs publics pour les marchés de gestion de flotte de véhicules légers et poids lourds.

« Cette victoire va être positive aussi bien pour nos clients que pour nous. Elle va nous permettre de renforcer nos équipes techniques et administratives, mais aussi commerciales et informatiques », lance Théophane Courau.

L’autre bénéfice concerne les relations avec les fournisseurs. « Grâce à l’Ugap, nous jouissons d’un effet de poids qui va nous permettre de bénéficier de meilleures conditions ; une compétitivité qui sera rétrocédée à nos clients puisque nous fonctionnons en transparence fiscale et non au forfait », dit-il. Enfin, certains développements vont être accélérés. « L’Ugap nous demande, par exemple, de développer notre application à destination des conducteurs. Celle-ci va donc être enrichie de modules permettant de prendre des photos de son véhicule pour faire des diagnostics, des chiffrages… », explique-t-il.

Du côté des clients publics, d’autres externalités positives se dégagent. « Nous travaillons actuellement sur le renouvellement du contrat avec la mairie de Limoges, qui détient à la fois des véhicules légers et des poids lourds. Le fait de n’avoir plus qu’un gestionnaire pour les deux typologies est déjà un avantage », atteste Théophane Courau.

Une croissance maîtrisée

En parallèle de la croissance liée au référencement par l’Ugap, Fatec démarre cette année l’internationalisation de ses activités. « Nous avons un premier client avec lequel nous déployons des prestations de gestion de flotte dans des pays européens. On se donne un an pour explorer cette piste de développement », révèle le responsable. Un relais de croissance supplémentaire qui ne monte pas pour autant à la tête du président.

« Notre priorité reste le renforcement de l’excellence opérationnelle pour satisfaire nos clients, assure-t-il. J’ai toujours un peu de mal à communiquer sur des objectifs car nous ne cherchons pas à impressionner avec des chiffres de prévision de croissance. » D’une flotte de 50 000 véhicules en début d’année, l’entreprise devrait néanmoins en gérer 70 000 dans les deux ans.

Fatec en bref
  • Création de l’entreprise en 1993
  • Rachat par Aon en 2001 puis par Théophane Courau en 2013
  • 50 000 véhicules en gestion
  • 40 millions d’euros de refacturation en 2018
  • 60 clients
  • 2 nouveaux collaborateurs tous les mois pendant deux ans

Mots clefs associés à cet article : Fatec Group, Gestion de parc

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter