Téléphoner au volant pourrait désormais entraîner une perte du permis de conduire

Publié le par

Le délégué interministériel à la Sécurité routière l’a confirmé lors d’une interview : un article de la loi d’orientation des mobilités prévoit une suspension du permis de conduire en cas d’usage du téléphone portable lors d’une infraction routière.

La lutte contre l'usage du téléphone portable au volant s'intensifie.
La lutte contre l'usage du téléphone portable au volant s'intensifie.

Les utilisateurs du téléphone portable au volant sont prévenus. Alors que l’usage du mobile en conduisant est actuellement sanctionné par une amende de 135 euros et le retrait de trois points, un article du projet de loi d’orientation des mobilités (dite « LOM »), actuellement en cours d’examen au Parlement, va plus loin pour lutter contre ce phénomène de plus en plus répandu selon l’observatoire de la Sanef sur le comportement des automobilistes.

L’article en question promet tout simplement un retrait du permis de conduire aux automobilistes commettant une infraction routière et faisant usage du téléphone au volant, a indiqué Emmanuel Barbe sur Europe 1.

« Casser les pieds aux récalcitrants »

« Puisque ça ne marche pas avec les contraventions, on va augmenter d’une gamme », a prévenu le délégué interministériel à la Sécurité routière. « Si vous êtes en même temps avec le téléphone et que vous avez dépassé un stop, mordu une ligne blanche, fait un excès de vitesse ou que vous n’avez pas respecté les droits d’un piéton, vous risquez la suspension immédiate du permis de conduire par les forces de l’ordre », a-t-il précisé sur la radio. Et de conclure : « L’idée, c’est vraiment de casser les pieds aux récalcitrants. »

Cette mesure, déjà promise en 2018 par le Comité interministériel à la sécurité routière, semble satisfaire les acteurs œuvrant aux côtés des familles de victimes de la route. « Il était temps de durcir la lutte contre le portable au volant » réagit Jehane Collard, avocate spécialisée dans la défense des victimes de la route. Cette dernière appelle même les autorités à aller plus loin encore en faisant de l’usage du mobile «  une circonstance aggravante de toutes les infractions et de tous les délits routiers ».

Mots clefs associés à cet article : Sécurité routière

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter