Speedy lorgne sur l’entretien des flottes

Publié le par

Pour connaître les pratiques des entreprises en matière d’automobiles, Speedy a demandé à l’IFOP d’interroger un “ panel représentatif ” de gestionnaires. Deux cents d’entre eux y ont répondu. Qu’ils soient responsables de parcs, des services généraux ou encore du service achat, ils sont 62 % à choisir l’entretien lors de la signature de leur contrat de LLD. Pour le moment, l’entretien reste en majorité l’apanage des réseaux constructeurs. Globalement, les entreprises sont satisfaites de leurs partenaires et n’entendent pas en changer. Seule la promesse de délais d’immobilisation plus courts pourrait les faire choisir une autre crèmerie. Speedy ne fait pas la sourde oreille. Il teste dans plusieurs centres une offre révision. Une proposition spécifique flottes, à ce sujet, serait lancée sous peu par le réseau. Pièces et cahier des charges constructeur seront respectés promet l’enseigne. Speedy rappelle que sa réputation et sa légitimité se sont établies sur la rapidité d’intervention et la réduction du temps d’immobilisation des véhicules.

JPEG - 70.7 ko
Rappelons que les concurrents Norauto, Feu Vert, ou encore Point S sont déjà présents sur l’entretien. L’enquête nous dit encore que les gestionnaires aimeraient bien réaliser des économies et qu’ils pensent pouvoir en faire en priorité sur le poste entretien. Concernant les risques routiers, les personnes interrogées placent le comportement du conducteur et son état de fatigue comme premier risque. Le mauvais entretien du véhicule ou l’état de ses pneumatiques suivent. Autre enseignement intéressant, près de 36 % des entreprises, et surtout celles aux parcs les plus importants, ont mis en place une politique de formation à la sécurité routière. Un taux qui progresse de 7 points d’une année à l’autre.

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter