Selon Axa Prévention, la crise a rendu les Français plus prudents au volant

Publié le par

Le 17e baromètre Axa Prévention révèle de belles avancées chez les automobilistes, avec 53 % de bons conducteurs (+ 6 points par rapport à 2019). Tout n’est pas parfait, notamment sur le front des nouvelles mobilités.

© Axa
© Axa

Si on prend le côté positif des choses, le 17e baromètre Axa Prévention fait apparaître que la conduite des automobilistes s’améliore, avec 53 % de bons conducteurs, en progression de 6 points par rapport à 2019. Les experts d’Axa Prévention y voient une corrélation avec la crise sanitaire ayant rendu les automobilistes plus prudents et soucieux des autres.

74 % d’entre eux roulent à 10 ou 20 km/h au-dessus de la vitesse autorisée, quel que soit le type de routes empruntées, contre 81 % (- 7 points). En ville, par exemple, 27 % roulent à 65 km/h en moyenne (- 3 points), le taux le plus bas enregistré dans le baromètre depuis 17 ans.

Même s’ils sont encore 65 % à ne pas s’arrêter au feu orange, ils étaient 71 % à le faire avant la crise (- 6 points). C’est également le taux le plus bas enregistré depuis 2004.

34 % des automobilistes tournent ou doublent sans mettre de clignotant contre 41 % (- 7 points).

14 % conduisent après avoir pris des médicaments pouvant altérer la vigilance au volant contre 21 % (- 7 points).

Le fléau du téléphone au volant a la peau dure

JPEG - 40.1 ko
Cette campagne de la Sécurité routière a plusieurs années déjà...

69 % des automobilistes continuent à utiliser leur téléphone en conduisant quel que soit l’usage, contre 70 % en 2019 (- 1 point).

L’usage du téléphone s’améliore du côté des conducteurs de deux-roues motorisés, puisqu’ils sont ceux qui l’utilisent le moins en roulant, même s’ils sont encore 11 % à passer des appels.

Les trottinettistes sont les mauvais élèves de l’étude

Un autre effet direct de la crise sanitaire réside dans l’essor de l’usage des mobilités douces (vélo, trottinettes électriques, overboard…). Et pour les usagers de trottinettes, le tableau n’est pas très reluisant.

40 % d’entre eux ne connaissent pas précisément la réglementation pour les EDPM (Engin de déplacement personnel motorisé) et 25 % n’en ont même jamais entendu parler.

8 sur 10 continuent à rouler sur les trottoirs, alors que c’est désormais interdit. Et 59 % d’entre eux passent à côté d’un piéton à vive allure. Ils n’ont pas le sentiment d’être soumis au code de la route.

« Enfin, le trio perdant de l’usage du téléphone, la consommation d’alcool et la prise de stupéfiants a explosé sur l’année 2020, aggravant les comportements des trottinettistes », souligne le baromètre.

78 % téléphonent en roulant (+ 23 points par rapport à janvier 2020), 72 % avouent envoyer ou consulter des SMS en conduisant (+ 25 points par rapport à janvier 2020) et 65 % consultent leurs réseaux sociaux (+ 19 points par rapport à janvier 2020).

49 % conduisent après avoir bu plus de deux verres de boisson alcoolisée, soit deux fois plus que chez les automobilistes.

45 % prennent le guidon de leur trottinette après avoir consommé des produits stupéfiants (cannabis ou autres), contre seulement 2 % des automobilistes.

Renforcer la sécurité des usagers de mobilités douces

Face à ces constats, Axa Prévention a conçu deux vidéos pédagogiques selon des formats propices à la grande diffusion et au partage. À retrouver sur le site de l’association d’Axa Prévention.

« La crise sanitaire mondiale participe également à l’essor rapide des mobilités douces, qui s’accompagne de nouveaux comportements à risques. L’enjeu est aujourd’hui de rendre ces trajets plus sûrs, en mettant l’accent sur des messages préventifs intelligibles et facilement accessibles pour que ces nouveaux usagers puissent circuler en toute sécurité, pour eux et pour les autres », commente Éric Lemaire, président de l’association Axa Prévention.

Mots clefs associés à cet article : Assurance, Sécurité routière, Nouvelles mobilités, Trajets domicile-travail, Forfait mobilités durables, Risque routier professionnel (RRP)

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter