Sécurité routière : la mortalité repart à la hausse

Publié le par

En mai 2020, alors que la France entamait son déconfinement, 205 personnes sont décédées sur les routes nationales. C’est certes moins qu’il y a un an à la même période, mais c’est presque le double des chiffres du mois d’avril dernier !

En tout, 205 personnes ont perdu la vie sur les routes françaises le mois dernier, soit 38 de moins qu'un an auparavant. (© Viktorpugno6/Pixabay)
En tout, 205 personnes ont perdu la vie sur les routes françaises le mois dernier, soit 38 de moins qu'un an auparavant. (© Viktorpugno6/Pixabay)

Le miracle espéré n’aura pas eu lieu. Alors que la crise sanitaire du Covid-19 a eu l’unique avantage de faire chuter le nombre d’accidents mortels sur nos axes routiers – moins de voitures signifiant moins de risques potentiels, CQFD –, cette baisse a prouvé qu’elle était bel et bien superficielle.

Pour cause : selon les chiffres de la Sécurité routière publiés lundi 15 juin, le nombre de personnes tuées a baissé de 15,6 % en mai 2020 par rapport à mai 2019. En tout, ce sont donc 205 personnes qui ont perdu la vie sur les routes françaises le mois dernier, soit 38 de moins qu’un an plus auparavant. De quoi se réjouir ? Sûrement pas ! Car si le confinement a épargné quelques âmes, on est bien loin du recul spectaculaire des mois de mars et avril, qui ont respectivement enregistré – 39,6 % et – 55,8 %.

Un mois de mai meurtrier qui ne présage rien de bon…

Dans le détail, mai 2020 a également vu le nombre d’accidents corporels baisser de 34 %, passant à 3 076 contre 4 664 en mai 2019. Ne soyons cependant pas dupes : avec les restrictions de déplacement, avril 2020 ne comptabilisait que 1 099 accidents corporels. Si on compare donc à un mois d’intervalle, le taux a explosé du simple au presque triple ! Même tendance pour le nombre de personnes blessées, avec une baisse de 36,7 % au regard de mai 2019 mais une hausse significative de la mortalité des motocyclistes (+ 21 tués) et des cyclistes (+ 7 tués) par rapport à l’an dernier. On vous laisse donc imaginer le tragique différentiel que cela représente face à avril 2020…

Par conséquent, à l’approche des vacances d’été et d’un regain de densité du trafic que celles-ci risquent d’engendrer, le pire reste à craindre. D’autant que les grands excès de vitesse, qui se sont multipliés en période de confinement, n’ont pas cessé, loin de là ! Pour le mois d’avril, les forces de l’ordre et la Sécurité routière avaient même relevé une augmentation de plus de 16 % par rapport à la même période en 2019. Quant à la mortalité des jeunes de 18-24 ans et celle des seniors âgés de 65 ans ou plus, elles « sont équivalentes à celles du mois de mai 2019, malgré dix jours de confinement au début du mois », note la Sécurité routière. Sachant que la crise du Covid a amené de nombreux usagers à repenser leur mobilité, les poussant à délaisser les transports en commun pour s’engager dans la circulation, l’inquiétude de voir cette nouvelle population constituer des accidentés de la route potentiels est de mise.

Sécurité routière en Europe : la France un peu au-dessus de la moyenne

Selon un rapport de la Commission européenne publié jeudi 11 juin, les routes du Vieux Continent s’avèrent de plus en plus sûres. En 2019, il y a eu 22 800 tués au volant, un chiffre en baisse de 2 % par rapport à 2018, voire de 23 % si l’on remonte jusqu’à l’année 2010. Des résultats qui s’expliqueraient grâce aux campagnes de prévention mais aussi aux limitations de vitesse, ainsi qu’aux améliorations techniques des véhicules.

Alors qu’aux États-Unis 36 120 personnes ont perdu la vie sur les routes, l’UE reste donc la région la plus sûre au monde avec une moyenne de 51 morts pour un million d’habitants. Il existe toutefois des écarts importants selon les pays membres. La palme de la sécurité routière revient ainsi à la Suède (22 morts pour un million d’habitants), devant l’Irlande (29) et Malte (32). Parmi les mauvais élèves, on retrouve la Pologne (77), la Bulgarie (89) et surtout la Roumanie (96). La France, elle, se place légèrement au-dessus de la moyenne, avec 48 morts pour un million d’habitants.
À noter que, parmi les pays européens, huit ont enregistré leur plus faible nombre de morts en 2019. Il s’agit de la Croatie, de la Finlande, de l’Allemagne, de la Grèce, de la Lettonie, du Luxembourg, de la Suède et… (cocorico !) de la France.

Mots clefs associés à cet article : Statitistiques, Sécurité, Vitesse, Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER