Sécurité routière : en mars, une baisse de la mortalité illusoire

Publié le par

Comme il fallait s’y attendre avec le confinement, la baisse du nombre de personnes sur les routes s’est accompagnée d’une baisse de la mortalité de près de 40 %. Un chiffre enviable mais en trompe l’œil…

Cette chute de la mortalité routière mais aussi de l’accidentalité doit beaucoup au confinement débuté mi-mars. (© Gdbaker/Pixabay)
Cette chute de la mortalité routière mais aussi de l’accidentalité doit beaucoup au confinement débuté mi-mars. (© Gdbaker/Pixabay)

Après un mois de février 2020 qui avait déjà vu le nombre de tués sur les axes français régresser, le mois de mars s’inscrit dans cette même tendance de déclin. Selon le baromètre mensuel de l’Observatoire national interministériel à la sécurité routière (ONISR), cette diminution salutaire de la mortalité s’est même accentuée. Par rapport à mars 2019, où 255 personnes étaient décédées sur les routes de France métropolitaine, ce sont 154 qui l’ont été en mars 2020. Soit un recul de 39,6 % pour une centaine de vies sauvées.

Le nombre d’accidents corporels a également marqué un ralentissement, s’établissant à 2 443 en mars 2020 contre 4 298 un an auparavant, soit 1 855 accidents corporels de moins (– 43,2 %). Cette chute de la mortalité routière mais aussi de l’accidentalité était cependant prévisible. Elle doit en effet beaucoup à la mise en place, dès le milieu du mois de mars, du confinement visant à éradiquer la pandémie de Covid-19. Les déplacements s’en trouvant fortement réduits et les usagers, notamment les plus vulnérables, se voyant reclus chez eux, ces résultats sont donc à nuancer. D’autant que, dans ce contexte de crise sanitaire, « le nombre de morts dans la catégorie des conducteurs professionnels de véhicules utilitaires ou poids lourd n’a, lui, pas baissé », analyse la Sécurité Routière.

Moins de morts… mais plus de comportements à risques

Alors que le confinement devrait se poursuivre jusqu’au 11 mai prochain, présageant un mois d’avril lui aussi moins mortel, il y a toutefois un revers à la médaille de la baisse du nombre de personnes sur les routes. Grisés par des axes de circulation quasi vides, certains automobilistes se laissent aller à appuyer un peu trop fort sur l’accélérateur. Les forces de l’ordre et les radars constatent ainsi une explosion inquiétante des grands excès de vitesse, supérieurs à 50 km/h au-delà des limitations autorisées. Gare aux comportements irresponsables donc, qui s’avèrent aussi dangereux et sanctionnables en cette période de densité réduite du trafic qu’en temps normal.

Il n’y a ainsi pas de quoi se réjouir à outrance de cette baisse, qui plus est loin d’être aussi effective que chez nos voisins européens. En Italie, par exemple, le nombre d’accidents de la route a diminué de 80 %. Selon le quotidien La Repubblica, 898 accidents ont notamment été recensés sur les autoroutes italiennes contre 2 260 mars 2019. Cela représente 29 accidents par jour en mars 2020, contre 64 le mois précédent.

Mots clefs associés à cet article : Accident, Sécurité, mortalité routière, Vitesse, Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER