Sécurité : les SUV sont-ils des dangers de la route ?

Publié le par

C’est à cette question épineuse que l’assureur Axa a cherché à répondre en menant une étude sur l’accidentologie de ces véhicules, très populaires mais également très décriés pour leur nocivité.

Plus un véhicule est gros, plus la fréquence des dommages corporels augmente. (© Andreas Riedelmeier/Pixabay)
Plus un véhicule est gros, plus la fréquence des dommages corporels augmente. (© Andreas Riedelmeier/Pixabay)

Les SUV (ou Sport Utility Vehicle) font l’objet d’un véritable engouement toujours plus intense. Il suffit d’observer les chiffres de Jato pour constater que la cote d’amour de ce segment ne se dément pas, surtout en Europe où ses représentants continuent de séduire malgré des prix catalogue toujours plus onéreux. Ainsi, selon les données de juillet 2020, les SUV ont totalisé 42 % ddes immatriculations de l’UE, avec une croissance particulièrement notable sur les plus grandes carrosseries (14 %).

Cette appétence pour le 4 x 4 urbain se vérifie aussi chez le principal assureur suisse, Axa, qui révèle qu’un véhicule assuré sur cinq est un SUV. Dans son portefeuille, leur part a même doublé en une décennie ! Pourtant, bien que ces véhicules procurent un sentiment de confort et de sécurité à leurs propriétaires, les accidents provoqués par ces gros gabarits de la route seraient jusqu’à 25 % plus nombreux que ceux causés par les autres voitures. De plus, ils engendreraient de graves dommages dans la majorité des cas, comme le démontrent les crash tests du service de recherche accidentologique d’Axa, dans le cadre d’une enquête représentative menée auprès de 1 000 personnes en Suisse.

10 % de sinistralité en plus

Au-delà de la perception de danger induite par les SUV – un tiers des automobilistes conduisant un autre type de véhicule se sentent moins en sécurité lorsque qu’un SUV roule derrière eux et 69 % des personnes interrogées estiment que les SUV sont dangereux, voire très dangereux, pour les plus jeunes –, les faits semblent engager une responsabilité accrue des conducteurs de SUV. « Il s’avère que les accidents de responsabilité civile provoqués par les SUV en 2019 sont près de 10 % plus nombreux que les sinistres causés par les autres voitures de tourisme » affirme Bettina Zahnd, responsable Recherche accidentologique et Prévention chez Axa Suisse.

JPEG - 2 Mo
© Shahzin Shajid / Unsplash

Pour les gros SUV (dont le poids se situe entre 2 155 et 3 500 kg), la différence s’avère encore plus marquée puisqu’en 2019 les sinistres de responsabilité civile ont été 27 % plus élevés par rapport aux autres modèles de voitures. Concernant les dommages corporels, les statistiques se révèlent similaires car, plus un véhicule est gros, plus la fréquence des dommages corporels augmente.

Le centre de gravité aggrave la situation

Mais pourquoi de tels résultats en défaveur des SUV ? À cause de leur centre de gravité déplacé, répond cette fois Axa. « Sur les voitures de tourisme traditionnelles, les pare-chocs se situent presque toujours à la même hauteur et, lors d’un accident, ils exercent pleinement leur fonction. En cas de collision entre un véhicule normal et un SUV, les pare-chocs ne jouent leur rôle que dans les deux tiers des accidents », explique Bettina Zahnd. Un véhicule de tourisme moyen sera donc moins bien protégé qu’un 4 x 4 urbain. Imaginons donc les dégâts occasionnés en cas de choc avec des usagers plus légers de type cycliste, piéton ou utilisateur de trottinette électrique – dont seuls 9 % portent toujours un équipement de protection selon l’enquête d’Axa.

Quant à l’âge des conducteurs de SUV incriminés, il est à l’opposé du profil du chauffard jeune et inexpérimenté. Alors que la tranche des 18 à 39 ans est souvent plus impliquée dans la survenue d’accidents, au volant de SUV ce sont les 40 à 80 ans qui sont à l’origine du plus grand nombre de sinistres. Et cela n’est finalement pas illogique puisque cette catégorie de population est la cible ayant les moyens de se payer un véhicule de ce segment, déjà cher à l’achat et souvent suréquipé.

Mots clefs associés à cet article : SUV, Assurance, Études, Sécurité, Axa France

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter