Schneider Electric ambitionne une flotte 100% électrique d’ici à 2030

Publié le par

Acteur volontaire de la neutralité carbone, l’industriel français a récemment rejoint l’initiative EV100. En contrepartie, il s’engage à remplacer la totalité de son parc automobile par des véhicules électriques dans dix ans.

En plus de convertir sa flotte à l’électrique, l’entreprise installera des infrastructures de recharge sur ses principaux sites. © Dominic Alves/Flickr
En plus de convertir sa flotte à l’électrique, l’entreprise installera des infrastructures de recharge sur ses principaux sites. © Dominic Alves/Flickr

Fabricante de produits de gestion d’électricité et d’automatismes, il fallait bien que l’entreprise Schneider Electric montre l’exemple. C’est chose faite depuis que la société a annoncé sa participation au projet EV100 du Climate Group. Cette action mondiale rassemble des entreprises déterminées à accélérer la transition énergétique de leur flotte. On compte parmi les acteurs impliqués Schneider Electric donc, mais aussi 67 autres compagnies telles EDF Group, E.ON, Ikea, Unilever ou encore le loueur LeasePlan.

Abandonner le thermique pour la prochaine décennie

« À travers ce nouvel engagement, Schneider Electric souhaite prouver qu’un changement de paradigme est possible à court terme, sans faire de compromis sur les coûts et le confort de l’utilisateur  » promet l’industriel dans un communiqué. En clair, Schneider Electric aura remplacé les 14 000 voitures qui composent actuellement son parc par des véhicules électriques à l’horizon 2030. Et ce dans la cinquantaine de pays où ceux-ci se trouvent répartis, dont la Norvège. Un pays qui a d’ores et déjà franchi le pas des déplacements professionnels « propres » en proposant des VE à ses collaborateurs.

Pour atteindre ses objectifs opérationnels d’émissions de CO2 nulles, Schneider Electric a également basé sa stratégie climatique sur des ambitions de neutralité carbone au sein de son propre écosystème d’ici à 2025. En plus de convertir sa flotte à l’électrique, l’entreprise installera ainsi des infrastructures de recharge dans ses principaux bureaux et usines. Certains de ces sites seront d’ailleurs « des démonstrateurs de l’architecture innovante EcoStruxure pour l’e-mobilité, s’appuyant sur des technologies de micro-réseau intelligent [...] et de nouveaux systèmes de gestion de l’énergie » fait valoir le groupe.

Acteur et accompagnateur d’une e-mobilité qui bouge

Au-delà de son électrification d’ampleur, Schneider Electric aide aussi d’autres sociétés à opérer la transition énergétique de leurs flottes. Il faut dire que « nous sommes convaincus que l’électricité est l’avenir de la mobilité », affirme Leonid Mukhamedov, directeur général Stratégie chez Schneider Electric.

L’entreprise s’est, par conséquent, associée à des start-up comme eIQ Mobility et DST, proposant des services de conseil et de logiciels pour VE. Sans oublier son investissement auprès de Volta, structure offrant la recharge gratuite aux promoteurs immobiliers et conducteurs en échange de publicité.

Mots clefs associés à cet article : Schneider Electric, Véhicule électrique, Mobilité durable, Gestion de parc, Environnement

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter