Santander dément tout intérêt pour le rachat de LeasePlan

Publié le par

Depuis que Bloomberg a avancé un intérêt de la banque Santander ou d’ALD Automotive pour prendre le contrôle de LeasePlan, les extrapolations sont légion. José Antonio Alvarez, directeur de Banco Santander vient cependant s’affirmer que cette opération n’était nullement à l’ordre du jour.

Santander dément tout intérêt pour le rachat de LeasePlan

Le 23 avril 2021, Bloomberg faisait grand bruit en affirmant que LeasePlan était susceptible de faire l’objet d’un rachat. LP Group B.V., un pool d’investisseurs réunissant notamment TDR Capital et plusieurs fonds d’investissements, en est propriétaire depuis 2016 après avoir déboursé 3,7 milliards d’euros. Blommberg avançait que Banco Santander et ALD Automotive avaient exprimé leur intérêt, séparément, pour une transaction estimée à 8,3 milliards d’euros. Comme de coutume en de pareilles circonstances, aucune déclaration officielle n’avait été faite.

Le 28 avril 2021, il en va autrement puisque le directeur de la banque Santander, José Antonio Alvarez, a éloigné la possibilité de faire une offre pour acheter le loueur LesePlan : « Nous sommes concentrés sur notre croissance organique, à 100 %. Et hormis une opération de croissance externe au Mexique, il n’y a aucun autre projet de ce type sur la table au sein du groupe ». Une affirmation qui est en cohérence avec les priorités récemment fixées par Ana Botin, charismatique présidente de Banco Santander, qui estime que l’heure est à la réduction des coûts fixes et à l’amélioration de la rentabilité se son groupe.

Aucune déclaration officielle n’a émané de la direction d’ALD Automotive. On peut rappeler qu’un ensemble réunissant LeasePlan et la filiale de la Société Générale représenterait 3,5 millions de véhicules en parc, dans quelque 50 pays.

Mots clefs associés à cet article : ALD Automotive, LeasePlan, LLD, Économie

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter