Renault teste ses Zoe autonomes sur le campus de Paris-Saclay

Publié le par

Depuis le 14 octobre et jusqu’au 8 novembre, le constructeur français expérimente deux de ses Zoe électriques et autonomes auprès d’un panel d’une centaine de personnes travaillant sur le campus de Paris-Saclay.

Ces deux Zoe électriques autonomes seront testées en conditions réelles par une centaine d’étudiants et de collaborateurs du campus.
Ces deux Zoe électriques autonomes seront testées en conditions réelles par une centaine d’étudiants et de collaborateurs du campus.

L’an passé, Renault avait déjà mené ce genre d’essais publics au sein du Technopole du Madrillet, dans la région de Rouen. Aujourd’hui, et pour un peu moins d’un mois, la marque au losange réitère son expérimentation sur le campus urbain de Paris-Saclay avec deux véhicules autonomes.

Ces deux Zoe électriques et « sans chauffeur » seront donc testées en conditions réelles par une centaine d’étudiants et de collaborateurs du campus s’étant engagés à effectuer au moins huit trajets entre le 14 octobre et le 8 novembre. Ce projet s’inscrit dans le cadre du « Paris-Saclay Autonomous Lab », visant à « évaluer un système complet de transport autonome » et à « définir les conditions de déploiement d’un service de mobilité autonome à plus large échelle », explique Renault.

Une expérience de mobilité… et de confort

Les deux voitures mises en service pourront être commandées du lundi au vendredi entre 11 h 00 et 18 h 00 via une application smartphone nommée « Marcel Saclay ». Celle-ci indiquant le point de départ du passager ainsi que sa destination, la Zoe Cab pourra alors s’arrêter récupérer d’autres personnes se trouvant sur le chemin, à la manière du covoiturage.

Ces « taxis autonomes » ne feront cependant pas seulement office de moyens de mobilité inédits. Ils seront également des espaces de détente roulants puisque le constructeur tricolore a souhaité transformer chaque prototype de ses Zoe autonomes en une zone de relaxation exclusive.

L’une sera ainsi équipée de sièges conçus pour plonger l’utilisateur dans une bulle d’intimité, tout en étant immergé dans diverses ambiances sonores (décontractantes ou stimulantes) selon la technique de la neurostimulation auditive. La seconde Zoe, elle, offrira une porte arrière droite agrandie et un siège passager avant dos à la route. Une façon de voyager atypique et futuriste qui pourrait faire des émules… à l’avenir.

Mots clefs associés à cet article : Renault, Véhicule électrique, Véhicules autonomes

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter