Renault muscle sa stratégie VUL

Publié le par

Leader des ventes de véhicules utilitaires en France, la marque au Losange vient de présenter ses derniers modèles et ses ambitions pour les années à venir.

C'est au cours de l'événement LCV Show que Renault à présenté ses nouvelles ambitions. (image d'illustration © Capture d'écran A&E)
C'est au cours de l'événement LCV Show que Renault à présenté ses nouvelles ambitions. (image d'illustration © Capture d'écran A&E)

Les constructeurs automobiles français ont un véritable savoir-faire en matière de véhicules utilitaires. Chez Renault, cela fait près de 100 ans que les équipes du constructeur conçoivent ce type de véhicules, destinés à des usages professionnels. En France, la marque au Losange est le leader des ventes d’utilitaires légers. L’an dernier, près de 32 093 Kangoo, 25 860 Trafic et 39 083 Master ont été écoulés, dont respectivement 26 574, 19 582 et 33 713 unités en flottes, selon nos données.

« Notre ambition est de répondre à tous les besoins des professionnels, aussi notre gamme évolue en 2021 avec désormais quatre véhicules spécifiques en réponse aux attentes des clients : Express Van, Kangoo Van, Trafic et Master », indique Mark Sutcliffe, directeur de la division véhicules utilitaires de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi.

« Notre ambition n’est pas que de fournir des produits à nos clients mais aussi de les aider à accélérer vers une mobilité plus durable avec nouveau Kangoo Van E-Tech 100 % électrique et Master Z.E., parfaitement adapté aux livraisons du denier kilomètre, conjugués aux solutions de recharge proposées par Elexent [nouvelle entité du Groupe Renault dédié à l’accompagnement des flottes dans leurs projets de déploiement d’infrastructures de recharge, ndlr]. Dans les mois à venir, nous élargirons également notre offre électrifiée avec un VU hydrogène : Master Z.E. H2. », précise-t’il encore.

Quelle offre produits ?

Comme indiqué plus haut, la gamme de VUL Renault passe de trois à quatre modèles en ce début d’année 2021 avec « une double offre sur le segment des petites fourgonnettes » explique-t-on chez l’ex-Régie. Ainsi, aux côtés du Renault Kangoo Van (troisième génération de l’utilitaire lancé en 1997), la marque commercialise désormais l’Express Van. S’ils sont bien positionnés sur le même créneau, les deux véhicules offrent des prestations sensiblement différentes.

L’Express Van est en réalité le remplaçant du Dacia Dokker Van dont la carrière n’a pas rencontré un franc succès dans l’Hexagone. Il repose sur la même plateforme que son aïeul et, comme lui, est produit dans l’usine Renault de Tanger.

S’étirant sur 4,39 mètres de longueur, il offre un volume utile compris entre 3,3 et 3,7 m3 suivant les versions et une charge utile allant jusqu’à 650 kg en diesel ou 780 kg en essence. Côté mécanique, trois offres ont été retenues : le 1.3 l TCe de 100 chevaux ou le 1.5 l Blue dCi décliné en versions 75 et 95 chevaux. Deux finitions sont au programme pour des tarifs s’échelonnant de 17 500 à 19 800 euros hors taxes.

Avec cette proposition présentée comme « accessible, essentielle » par le constructeur, le Renault Kangoo Van peut monter en gamme. Reposant sur la plateforme CMF-C de l’Alliance, ce dernier mesure désormais 4,48 mètres de long en version standard et 4,91 mètres en version Maxi, à empattement rallongé. De quoi offrir entre 3,3 et 4,9 m3 de volume de chargement.

Produit en France, dans l’usine de Maubeuge, cette nouvelle génération de Kangoo donnera naissance à un clone badgé Mercedes : le Citan (appelé Classe T en version VP). Il hérite d’équipements technologiques et sécuritaires au goût du jour et d’une large palette de motorisation : les 1.3 l TCe de 100 et 130 chevaux en essence et les 1.5 l Blue dCi en 75 et 95 chevaux en diesel. Deux finitions sont également au programme pour des tarifs compris entre 20 700 euros HT et 23 100 euros HT.

Positionné au-dessus dans la gamme, le fourgon compact Trafic s’offre un profond restylage dont les version VP Combi et Spaceclass donnent un aperçu. Sa présentation interviendra d’ici la fin de l’année assure Renault qui indique que ses mécaniques seront également revues. Pour la première fois de son histoire, le Trafic s’électrifiera afin de mieux répondre à la concurrence et aux récents Peugeot e-Expert, Citroën ë-Jumpy et Opel Vivaro-e notamment. « Renault a tout le savoir-faire nécessaire et l’électrification arrivera sur ce modèle », nous répond-on du côté du Losange sans donner davantage de précisions.

Profondément revu en 2019, le grand fourgon Master poursuit sa carrière pour quelques années encore. Proposé en versions thermiques ou 100 % électrique, il accueillera dans sa gamme prochainement une déclinaison fuel-cell, c’est-à-dire électrique à pile à combustible alimentée en hydrogène dont les éléments techniques seront produits par une co-entreprise créé par Renault et Plug Power. « Avec le Master Z.E. H2, nous ciblons 30 % du marché du VUL hydrogène en Europe », indique Renault. L’ensemble de cette gamme remaniée est commercialisée dans le réseau ainsi que dans les 650 points de vente Renault Pro + .

Mots clefs associés à cet article : Renault, Véhicule utilitaire léger (VUL), Groupe Renault, Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter