Renault-Nissan et Daimler, alliance en vue ?

Publié le par

« Plus jamais ça », semblait dire Mercedes après le fiasco de la reprise de Chrysler, qui s’est soldé par la revente de l’américain à Fiat. Et pourtant, il semblerait que l’Étoile et le Losange envisagent un rapprochement capitalistique. Le succès de l’alliance Renault-Nissan, qui fête ses 11 ans, et le fait qu’elle fonctionne sur le mode gagnant/gagnant ont, semble-il, rassuré le clan allemand. On frise même la partie à trois, puisque Nissan, l’allié du Losange, ferait aussi partie des négociations. Si celles-ci s’avèrent positives, des participations croisées pourraient être annoncées à la fin avril. L’objectif avoué de ces tractations serait de réaliser des économies d’échelle.

JPEG - 57 ko
Un tel rapprochement permettrait d’économiser sur les plates-formes et sur les moteurs. Plus de volume implique également de meilleurs prix sur les pièces. Mercedes manque de volume sur les “petites” Classe A et B. Les deux groupes pourraient s’appuyer sur une plate-forme commune à ce niveau de gamme pour remplacer leurs véhicules. La Smart à quatre portes, qui est en élaboration, pourrait également en bénéficier. De son côté, le Losange pourrait bénéficier des grosses motorisations dont Mercedes s’est fait une spécialité. Mais l’on peut aussi imaginer d’autres domaines d’échanges rentables, notamment en matière d’utilitaires ou de véhicules électriques. Le coût de ces derniers reste un écueil difficilement surmontable seul. Si la production augmente, les prix pourront baisser. Mais ne nous emballons pas. Renault nuance et rappelle que, si des négociations existent bel et bien avec Daimler, des discussions ont aussi lieu avec d’autres constructeurs.

Mots clefs associés à cet article : Mercedes-Benz

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter