Réduction de CO2 : « Les voitures à moteur alternatif doivent être abordables et rechargeables »

Publié le par

Dans un mois, le Parlement européen votera les principaux objectifs de réduction de CO2 post-2020. Des objectifs qui doivent rester réalistes pour l’ACEA car ils dépendent « fortement des ventes de voitures à moteur alternatif », dont « l’abordabilité reste un obstacle majeur pour de nombreux Européens ».

« Il existe clairement un énorme fossé en Europe entre les ventes actuelles de voitures électriques à batterie et l'indice de référence de la Commission. » Carlos Tavares, président de l’ACEA.
« Il existe clairement un énorme fossé en Europe entre les ventes actuelles de voitures électriques à batterie et l'indice de référence de la Commission. » Carlos Tavares, président de l’ACEA.

« Dans le contexte général d’un environnement géopolitique alarmant et d’un programme législatif lourd, l’un des plus grands défis de notre industrie reste la décarbonisation  » estime Carlos Tavares, président de l’ACEA. Mais si le Parlement européen s’apprête à définir les futurs objectifs de réduction de CO2, l’association insiste sur ses préoccupations quant aux conséquences d’une transition mal gérée.

Tenir compte de l’abordabilité

Car les futures réductions de CO2 dépendent fortement des ventes de voitures à moteur alternatif, dont l’abordabilité reste un obstacle majeur pour de nombreux Européens. Les dernières données de l’ACEA montrent en effet que 85 % des voitures rechargeables électriquement sont vendues dans seulement six pays d’Europe occidentale avec quelques-uns des PIB les plus élevés.

En revanche, dans les pays dont le PIB est inférieur à 18 000 euros, comme ceux de l’Europe centrale et orientale, la part de marché des voitures à charge électrique reste proche de zéro. Un paramètre important quand on sait que la Commission européenne souhaite fixer des « critères de référence » pour les ventes de voitures électriques à batterie à l’échelle de l’UE (15 % d’ici à 2025 et 30 % d’ici à 2030).

« Il existe clairement un énorme fossé en Europe entre les ventes actuelles de voitures électriques à batterie et l’indice de référence de la Commission. Selon cette proposition, il faudrait passer de moins de 1 % des ventes aujourd’hui à 30 % des ventes en moins de douze ans, indique Carlos Tavares. C’est pourquoi les objectifs en matière de CO2 doivent être réalistes en tenant compte de ce que les gens peuvent vraiment se permettre. »

Quid des infrastructures de recharge ?

En plus de l’abordabilité, un approvisionnement équilibré en infrastructures de recharge et de ravitaillement est une condition préalable pour des ventes plus fortes de véhicules alternatifs dans l’UE, selon l’ACEA. Les nouvelles données de l’association montrent que sur 100 000 points de recharge disponibles aujourd’hui 76 % sont concentrés dans quatre pays seulement (Pays-Bas, Allemagne, France et Royaume-Uni).

« Nous regrettons que les objectifs de CO2 post-2020 ne soient pas liés à la disponibilité des infrastructures car ces deux éléments vont de pair, déplore le président de l’ACEA. Nous demandons un contrôle à mi-parcours pour évaluer la disponibilité de l’infrastructure et la maturité du marché. »

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
Guide Fiscal 2018

Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2018, est l’outil indispensable.

Guide Fiscal 2018
COMMANDER