Recharge : le réseau autoroutier est-il prêt pour l’itinérance des véhicules électriques ?

Publié le par

Grâce aux données du Groupement pour l’Itinérance des Recharges Électriques de Véhicules (Gireve), l’Union Française de l’Electricité (UFE) a examiné la situation actuelle quant à la présence de points de recharge rapide sur les autoroutes en France.

©UFE
©UFE

Suite à cette analyse, l’organisme met à disposition des conducteurs un nouvel outil cartographique leur permettant d’apprécier l’accès à le recharge sur les axes à grandes vitesse. La carte met en évidence, via une gradation de couleur, le taux d’équipement des autoroutes. Ce dernier a été calculé en faisant le ratio entre le nombre d’aires de service disposant d’au moins un point de recharge de puissance égale ou supérieure à 50 kVA et le nombre total d’aires de service présentes sur un axe autoroutier. Aussi, pour les 15 autoroutes principales en termes de fréquentation, le nombre total de points de recharge est indiqué.

« Ainsi, au 31 décembre 2020, l’autoroute A 11 reliant Paris et Nantes peut être considérée comme relativement bien équipée en bornes de recharge, grâce à la présence de 39 points de recharge répartis sur 9 aires de service existantes (soit 64 % du nombre total d’aires de service) », explique l’UFE.

« 80 % des autoroutes restent peu équipées en IRVE à ce jour »

En février 2021, le Ministre délégué auprès de la ministre de la Transition écologique, chargé des Transports Jean-Baptiste Djebbari a dévoilé la carte des quelques 400 aires de service devant être dotées d’IRVE ouvertes au public d’ici au 1er janvier 2023. Dans le cadre de son projet « 100 000 bornes », le Gouvernement a en effet notamment alloué une enveloppe de 100 millions d’euros pour soutenir l’installation de bornes de recharge rapide sur les grands axes.

Dans une tribune datée du 16 février, l’UFE et l’Association des sociétés françaises d’autoroutes (ASFA) ont appelé à une politique plus ambitieuse concernant le déploiement des bornes rapides sur les grands axes routiers afin de garantir un voyage pour les utilisateurs de véhicules électriques en toute sérénité. La France doit développer un vrai réseau de stations de recharge rapide sur les aires de service couvrant l’ensemble du territoire, soit tous les 50 km.

« Il est en effet important de mettre en œuvre un dispositif de soutien pérenne pour développer le réseau de recharge rapide sans alourdir la facture d’électricité des ménages en prorogeant ou en augmentant le niveau du taux de réfaction et donc le tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité (TURPE). » conclut l’UFE.

Télécharger la carte.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, Borne de recharge, Autoroute, Véhicule hybride rechargeable

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous Twitter Linkedin Facebook
Newsletter