Prime à la conversion : déjà 125 000 véhicules vendus !

Publié le par

Entrée en vigueur le 1er juin, la nouvelle prime à la conversion n’en finit pas de faire des émules. Une enquête du CNPA a ainsi indiqué qu’au 8 juillet près de 125 000 véhicules avaient déjà bénéficié de cette aide financière, alors que le stock prévu par le Gouvernement n’en compte que 200 000.

Les ventes ont été boostées par le succès que rencontre cette subvention visant à purger les parcs les plus anciens et polluants. (© DR)
Les ventes ont été boostées par le succès que rencontre cette subvention visant à purger les parcs les plus anciens et polluants. (© DR)

Le CNPA avait beaucoup milité pour son retour en force et a été entendu par les pouvoirs publics. Depuis le 1er juin, la prime à la conversion s’est donc vue élargie afin d’augmenter le nombre de bénéficiaires, assouplissant également ses critères d’attribution. Avec des montants relevés, ce dispositif d’aide exceptionnel ne s’adresse cependant qu’aux premiers 200 000 véhicules éligibles, qu’ils soient neufs ou d’occasion. Un nombre restreint dont le quota s’avère bientôt atteint, révèle aujourd’hui le CNPA.

>> À lire aussi : [Plan de relance automobile : les principales annonces d’Emmanuel Macron6>9268]

Mise en place dans le cadre du plan de soutien à la filière automobile exposé par l’État, la prime à la conversion a bel et bien permis de relancer le marché. Pour cause : les ventes de véhicules, qui s’étaient effondrées pendant la crise sanitaire, repartent progressivement à la hausse, boostées par le succès que rencontre cette subvention visant à purger les parcs les plus anciens et polluants. Toutefois, selon la dernière enquête du CNPA, menée du 1er au 8 juillet 2020, près de 125 000 primes à la conversion ont déjà été octroyées par les concessionnaires sur cette période.

Décélération amorcée

En un mois, plus de la moitié des primes à la conversion envisagées a donc été distribuée. Mais où s’arrêtera donc cette expansion ? Là encore, l’étude établie par le CNPA semble apporter une réponse implacable : le rythme effréné des demandes devrait légèrement ralentir dans les prochaines semaines. « Contrairement à la tendance observée sur la première quinzaine de juin, le rythme d’octroi des primes connaît un certain ralentissement depuis la fin du mois de juin » annonce le CNPA, soulevant qu’en moyenne 4 700 primes par jour ont été accordées entre le 1er et le 15 juin, alors que le volume s’élève à environ 3 700 primes par jour entre le 1er et le 8 juillet.

Avec le pont du 14-Juillet et les congés du mois d’août qui se profilent, « le rythme des demandes de primes devrait continuer à ralentir, ce qui porterait l’atteinte de l’objectif des 200 000 véhicules à la seconde quinzaine d’août, voire début septembre », prédit également l’organisme aux commandes de l’enquête. Quoi qu’il en soit, c’est un nouveau décret à paraître qui fixera une date d’échéance, mettant fin au dispositif exceptionnel et non pas l’atteinte de ce volume de 200 000 unités. Tant que ce décret n’est pas paru, les primes à la conversion pourront donc être déposées sur le portail de l’ASP… lorsque celui-ci sera effectif.

Le portail de l’ASP en chantier

Le portail de saisie des demandes de remboursement pour le bonus et la prime à la conversion ne sont en effet plus accessibles depuis le 1er juin. Le système se trouvant modifié, l’ASP (Agence de Service et de Paiement) doit y adapter son moteur de calcul. Cette situation engendre donc des développements informatiques et une mise en conformité de la plate-forme pour s’accorder aux nouvelles dispositions. Pour saisir un dossier de prime à la conversion seule ou doublée d’un bonus écologique, il faudra donc patienter jusqu’au 31 juillet. Cette ouverture tardive due à un manque d’anticipation fait craindre un engorgement des visites dès l’ouverture du portail, pour les professionnels comme pour les particuliers. Pourtant, Philippe Nauleau, directeur adjoint de l’ASP, interrogé par nos confrères d’Autoactu, se veut confiant. « Le système va tenir le choc, il n’y aura aucun souci », assure-t-il.

Le thermique toujours en tête

Concernant la typologie des véhicules vendus grâce à cette nouvelle prime, «  les premières observations des distributeurs font état d’une plus forte proportion de véhicules thermiques », fait savoir le CNPA. Néanmoins, il apparaît que la part des véhicules électriques bénéficiant d’une prime continue de progresser par rapport aux années précédentes. De même, la bonne dynamique impulsée par le marché du véhicule d’occasion démontre la nécessité de pérenniser le dispositif de prime à la conversion. Cet « outil indispensable pour accompagner les ménages, en particulier les plus modestes, dans l’acquisition d’un véhicule plus propre » doit donc continuer de « prendre en compte les véhicules d’occasion et les véhicules thermiques récents les plus vertueux » conclut le CNPA, analysant ces chiffres encourageants.

Mots clefs associés à cet article : CNPA, Véhicule électrique, Bonus-malus, Marché France, Véhicule neuf (VN), Véhicule d’occasion (VO), Économie, Prime à la conversion

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter
Recherche
NOS EVENEMENTS
    Guide Fiscal 2020

    Le guide de la fiscalité des véhicules d’entreprises, édition 2020, est l’outil indispensable.

    Guide Fiscal 2020
    COMMANDER