Pour sortir de la crise, l’industrie automobile européenne doit se coordonner

Publié le par

Mercredi soir, les PDG de la filière automobile, l’ACEA, la CLEPA et la Commission européenne se sont virtuellement réunis pour discuter d’un plan de relance censé extirper le secteur du marasme économique dans lequel la crise du Covid-19 semble l’avoir enlisé.

L’ACEA et la CLEPA ont enjoint la Commission européenne à oeuvrer pour coordonner les programmes de relance au sein de l'UE. © Clotilde Gaillard
L’ACEA et la CLEPA ont enjoint la Commission européenne à oeuvrer pour coordonner les programmes de relance au sein de l'UE. © Clotilde Gaillard

Alors que la France a engagé son déconfinement il y a seulement 72 heures, le temps est venu pour les acteurs et instances dirigeantes de prendre des décisions urgentes afin de stimuler l’activité de l’industrie automobile. Déjà dans le rouge avant la crise sanitaire, celle-ci a littéralement plongé, freinée par l’arrêt des usines et la suspension des achats par les consommateurs, qu’ils soient particuliers ou professionnels.

Avec l’enregistrement d’une perte de production de 2,4 millions de véhicules et des ventes de voitures en chute libre, avoisinant les – 90 % sur la plupart des principaux marchés européens au mois d’avril 2020, l’ensemble du secteur risque de manquer de liquidités pour se relever. Or, cette situation, commune à tous les membres de l’Union Européenne, a de quoi inquiéter puisque ces performances en berne pourraient ralentir celles d’autres pôles économiques, en lien étroit avec ce secteur créateur de mobilités.

Conjuguer les capacités

Pour établir un plan de relance, une conférence téléphonique s’est donc tenue mercredi soir. Elle a rassemblé le vice-président exécutif de la Commission pour la Green Deal, Frans Timmermans et Thierry Breton, commissaire au marché intérieur avec les PDG des constructeurs automobiles – tels Oliver Zipse (BMW Group), Suzanne Heywood (Daimler AG), Michael Leiters (Fiat Chrysler Automobiles), Ian Howells(Iveco) ou encore Didier Leroy (Volvo Car Group) –, des fournisseurs de composants ainsi que leurs associations respectives – la CLEPA (Association européenne des fournisseurs automobiles) et l’ACEA (Association européenne des constructeurs automobiles).

Reprenant l’une des directives avancée par l’association dans sa liste de recommandation parue le 5 mai, à savoir le besoin d’envisager des flexibilités temporaires dans les règles de concurrence, l’ACEA, soutenue par la CLEPA, a enjoint la Commission européenne de soutenir la filière automobile. Notamment en œuvrant pour coordonner les programmes nationaux de renouvellement des parcs et de les compléter avec le budget de l’UE. Il faut dire que si la production de véhicules et de composants a amorcé son redémarrage, il existe d’importants écarts entre les États membres de l’UE. Des disparités qui entravent une reprise uniforme de l’industrie et des chaînes d’approvisionnement alors que l’harmonisation des conditions des divers marchés du Vieux continent permettrait de ne laisser aucune économie nationale sur le bord de la route.

Ne pas oublier le Green Deal

Si le secteur automobile reprend de plus belle, la transition énergétique sera-t-elle la grande victime de ce plan de relance ? Que nenni, semblent répondre les participants du colloque. Cette priorité donnée à une stimulation concertée de l’économie n’empêchera pas de poursuivre, voire d’accélérer, l’évolution vers une société neutre en carbone. S’accordant ainsi avec l’idée de l’Avere selon laquelle la relance de l’automobile passerait par la mobilité électrique, Sigrid de Vries, secrétaire général de la CLEPA, a fait valoir la nécessité de « rechercher des solutions gagnant-gagnant répondant aux besoins environnementaux, industriels et sociétaux pressants. » Car, selon lui, l’investissement dans la technologie et le développement les infrastructures d’énergie renouvelable auraient pour effet de propulser le Green Deal. Mais aussi de préserver nombre d’emplois de l’industrie automobile en Europe.

Mots clefs associés à cet article : Marché Europe, Économie, ACEA, Coronavirus Covid-19

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter