Pneumatiques : vers un nouvel étiquetage

Publié le par

Les eurodéputés et les Gouvernements de l’Union européenne ont conclu un accord provisoire concernant un étiquetage plus vert et plus sûr des pneumatiques de voitures et poids lourds.

Si ce nouvel étiquetage est approuvé, il pourrait s’appliquer dès le 1er mai 2021.
Si ce nouvel étiquetage est approuvé, il pourrait s’appliquer dès le 1er mai 2021.

Améliorer la sécurité, économiser du carburant, réduire la pollution et sensibiliser les consommateurs : voilà les objectifs visés par le nouvel étiquetage des pneus décidé par les députés de la Commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie et la présidence finlandaise du Conseil. Une législation, discutée mercredi 13 novembre, qui doit cependant encore être formellement adoptée.

Pour répondre à ces nombreux desseins, les étiquettes apposées sur les pneus des voitures et poids lourds vendus, y compris en ligne, indiqueront dorénavant l’efficacité en carburant, ainsi que l’adhérence sur sol mouillé, la neige et le verglas. Mais aussi le bruit de roulement externe. Autant d’informations symbolisées par des pictogrammes correspondants pour plus de lisibilité. À noter que le nouveau système d’étiquetage s’appliquerait aussi aux véhicules utilitaires lourds (pneumatiques de classe C3), qui ne sont actuellement pas couverts par les exigences d’étiquetage de l’Union européenne.

Une application pour 2021

Grâce à ce nouveau protocole d’affichage, les institutions européennes tablent sur dix millions de tonnes d’émissions de CO2 en moins et sur un chiffre d’affaires de neuf milliards d’euros. Pour la rapporteure du projet, Henna Virkkunen, il « permettra aux consommateurs de faire des choix en connaissance de cause. Par exemple, les informations sur l’efficacité énergétique des pneus, [qui] contribuent à hauteur de 20 à 30 % à la consommation de carburant d’un véhicule, apparaîtront clairement ».

Si ce nouvel étiquetage est approuvé par la Commission de l’industrie du Parlement et par le Comité des représentants permanents (Coreper), il pourrait s’appliquer dès le 1er mai 2021 et s’enrichir, à l’avenir, d’informations sur le kilométrage ou l’abrasion, responsable de l’échappement nocif de microplastiques.

Mots clefs associés à cet article : Pneumatique, Union européenne, Environnement, Sécurité

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter