Plus de 200 000 véhicules électriques circulent en France

Publié le par

Selon le baromètre mensuel de l’Avere, la France compterait dorénavant plus de 200 000 véhicules électriques en circulation. Une tendance qui a pris de l’ampleur depuis le début de l’année, 36 545 immatriculations ayant été enregistrées sur cette période. Soit une hausse de 37 % par rapport à 2018.

Cinquante mille nouveaux véhicules électriques ont rejoint les routes françaises ces douze derniers mois.
Cinquante mille nouveaux véhicules électriques ont rejoint les routes françaises ces douze derniers mois.

Un cap est passé ! La France vient de franchir le palier des 200 000 véhicules électriques roulant sur ses routes, comme le recense l’Avere. Pour cause : si le mois de septembre a été marqué par l’immatriculation de 4 724 véhicules légers électriques (une hausse 30 % par rapport à septembre 2018), ce sont 50 000 unités qui ont rejoint les axes nationaux au cours des douze derniers mois. Un record qui induit un autre résultat probant sur l’engouement croissant de la mobilité verte auprès des automobilistes. Désormais, le segment de l’électrique représente 1,8 % du marché du véhicule léger.

Particuliers modèles…

Dans ce domaine de l’énergie propre, ce sont encore les particuliers qui se montrent les moins réticents à troquer le thermique pour de l’électrique. L’Avere souligne ainsi que 30 377 voitures particulières électriques ont été immatriculées en France entre janvier et septembre 2019. Un chiffre qui équivaut à une hausse de 50 % par rapport à la même période en 2018, tandis que les immatriculations de voitures, toutes énergies confondues, n’augmentent elles que de 17 %. C’est la preuve que les Français sont prêts à faire des efforts pour réduire leur impact carbone.

En ce qui concerne les modèles de VE les plus appréciés du marché hexagonal, là encore l’Avere nous offre des éléments de réponse clairs. Il en ressort donc que les Français préfèrent consommer tricolore. Cocorico ! La Renault Zoe se situe en effet en pole position (avec 1 568 immatriculations et 37 % de parts du marché), loin devant la Tesla Model 3 (1 061 immatriculations) et la Nissan Leaf (298 unités), qui affiche une importante perte de vitesse (– 24 %).

… et professionnels à la traîne

En termes de chute libre, les chiffres des véhicules utilitaires électriques dégringolent également. L’on note en effet – 40 % par rapport au mois de septembre 2018 et seulement 514 immatriculations enregistrées. Sur le podium des VUE trône le Renault Kangoo ZE (46 % du marché), suivi du Nissan e-NV200 – récemment adopté par Chronopost –, de la Renault Zoé, du Peugeot Partner et du Citroën Berlingo. Heureusement, le segment de l’hybride rechargeable, ragaillardi à + 31 % par rapport à septembre 2018 grâce à ses 1 343 véhicules vendus, vient rehausser un peu ces taux en berne.

« Si les chiffres sont bons, il est impératif d’accélérer la dynamique pour atteindre l’objectif du million de véhicules électriques en 2022 » lance toutefois Cécile Goubet, déléguée générale de l’Avere-France. Et pour favoriser toujours plus la transition énergétique, il faut « simplifi[er] la recharge en copropriété. Si la loi d’orientation des mobilités va partiellement faciliter le déploiement des bornes de recharge, elle ne règle pas la question du résidentiel collectif. Les ordonnances de la loi Elan devront impérativement simplifier les démarches », ajoute-t-elle. D’autant que de nouveaux modèles électriques investissent tous les mois le marché, obligeant les instances chargées de la mobilité à accélérer le mouvement.

Mots clefs associés à cet article : Véhicule électrique, Études, Marché Flottes, Marché France, Utilitaire

Voir aussi :

A la une
Suivez-nous RSS Twitter Linkedin
Newsletter